À l'issue d'une année très volatile, la Bourse canadienne a perdu 11% et la Bourse américaine est restée au point mort. Ce sont les obligations qui ont été les championnes en 2011 alors que les experts leur prédisaient une année de vaches maigres. Mais l'exploit ne peut se répéter : la majorité des spécialistes prévoit un rendement zéro pour les obligations en 2012. Pour les actions, ils s'attendent de nouveau à de meilleurs rendements aux États-Unis qu'au Canada.

Stéphanie Grammond LA PRESSE

LUC DE LA DURANTAYE > 1er VP de CIBC Gestion globale d'actifs

PLUS: Les banques centrales gardent une politique monétaire très accommodante.

MOINS: Les dettes des gouvernements restent élevées.

La Bourse canadienne : Le relâchement des conditions financières dans les pays émergents devrait aider à soutenir le prix des commodités et à produire un rendement positif.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +5% S&P 500 États-Unis: +7% Obligations Canada (Univers Scotia): +1,5%

Le scénario : La croissance mondiale se poursuit, mais à un rythme très lent. Elle est restreinte par le resserrement fiscal généralisé dans les pays développés et par la restructuration du système bancaire européen.

Éléments positifs : Les entreprises demeurent en bonne situation financière.

Dangers : Une récession économique plus profonde en Europe empêche les pays d'atteindre leurs objectifs de réductions fiscales.

Secteurs à privilégier : Sociétés industrielles et matériaux.

Titres à privilégier : Banque TD, Saputo, Canadian Natural Resources, Canadien National, Vermillion Energy.

Prudence : Technologies et santé.

VINCENT DELISLE > Stratège chez Scotia Capitaux

PLUS: L'économie américaine nous surprend. Les taux sont bas. Les bilans des sociétés sont solides.

MOINS: Ralentissement en Chine.

La Bourse canadienne : Le TSX a eu une moins bonne performance que le S&P 500 en 2011 et cela pourrait se répéter en 2012.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +6 à +8% S&P 500 États-Unis: +12% Obligations Canada: 0%

Le scénario : Les marchés resteront volatils. Prudence en attendant que le ralentissement se stabilise en Chine et en Europe, et que les aspects techniques du marché s'améliorent.

Éléments positifs : Progression de l'emploi aux États-Unis. Évaluations boursières au creux des fourchettes historiques.

Dangers : Persistance des nuages en Europe. Chute marquée de l'immobilier en Chine.

Secteurs à privilégier : Pour le coeur du portefeuille: secteurs à haut dividende, télécoms et banques, consommation de base et la santé. Parmi les cycliques: sociétés industrielles et technos.

Titres à privilégier : SPDR/S&P 500 ETF, Rogers Communications, Verizon, Banque TD, Banque Royale, Shoppers, Metro, SPDR Health Care ETF, CNR, SPDR Technology ETF.

Prudence : Les ressources et l'or.

MICHEL DOUCET > Vice-président chez Valeurs mobilières Desjardins

PLUS: Élan des exportations canadiennes grâce à la reprise graduelle de l'habitation aux États-Unis.

MOINS: Problèmes dans les finances publiques américaines.

La Bourse canadienne : Rendement positif, mais très dépendant des États-Unis et des pays émergents.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +10% S&P 500 États-Unis: +15% Obligations Canada: -4%

Le scénario : L'Europe restera dans la ligne de mire des investisseurs jusqu'à ce qu'un plan d'austérité budgétaire crédible soit mis en place.

Éléments positifs : Assouplissement monétaire en Europe et dans les pays émergents.

Dangers : Dérapage en zone euro (implosion de l'économie, du système financier et de la monnaie) et au Moyen-Orient (tensions géopolitiques menant à une hausse du prix du pétrole). Perte de vitesse des économies émergentes, dont la Chine.

Secteurs à privilégier : Télécoms, services publics, fiducies immobilières (sociétés peu cycliques à dividende élevé). Technologies, sociétés industrielles (titre de croissance).

Titres à privilégier : Rogers, Capital Power, Transcanada, Oracle, Rydex, S&P Equal Weight Tech, SNC, Bombardier et Transforce.

Prudence : Europe, pays émergents.

DENIS DURAND > Associé principal chez Jarislowsky Fraser

PLUS: Meilleure concertation du FMI, de la BCE et du Parlement européen.

MOINS: Croissance économique lente en Amérique et récession européenne en 2012.

La Bourse canadienne : Moins bonne performance du Canada, car la demande de ressources pourrait fléchir à cause du ralentissement de la croissance mondiale.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +8% S&P 500 États-Unis: +12% Obligations Canada: +2%

Le scénario : Les multinationales aux coffres bien garnis offriront de belles occasions en Bourse.

Éléments positifs : Les bénéfices des entreprises augmentent.

Dangers : L'euro s'effondre. Le dollar canadien devient une monnaie refuge et dépasse 1,10$ US, ce qui mine les exportations et pousse l'économie canadienne en récession.

Secteurs à privilégier : Secteurs stables à bon dividende: télécoms, pipelines, banques canadiennes et les multinationales de biens de consommation qui exportent vers les pays émergents en croissance.

Titres à privilégier : Bell, TELUS, Rogers, Banque Royale, Banque TD, Vodafone, Telenor.

Prudence : Le ralentissement mondial ne se reflète pas encore sur le prix du pétrole; patience avant d'acheter des titres pétroliers.

JEAN-PAUL GIACOMETTI > Gestionnaire de portefeuille chez Claret

PLUS: Les taux demeurent bas.

MOINS: L'excès de liquidité finit souvent en catastrophe économique.

La Bourse canadienne : Nous sommes dans le dernier quart du cycle haussier des mines et métaux qui dure 12 ans en moyenne.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +12% S&P 500 États-Unis: +16% Obligations Canada: +1%

Le scénario : La Fed sera accommodante pour ne pas trop influencer les élections américaines.

Éléments positifs : L'évaluation des marchés demeure raisonnable.

Dangers : Les excès de dettes mettent du temps à se régler.

Secteurs à privilégier : Secteur aurifère (sur faiblesse), consommation courante, santé.

Titres à privilégier : Dorel, Indigo, Kinross, Newmont Mining, Research In Motion, Medtronic, Johnson&Johnson, Microsoft, Delhaize, Vivendi, Hardwood Distribution.

Prudence : Les investisseurs ne supportent plus de ne recevoir aucun rendement et se feront aspirer par la Bourse une fois qu'elle aura grimpé! Rappelez-vous que le succès en investissement consiste à acquérir des titres un à la fois à un bon prix.

PIERRE LAPOINTE > Stratège mondial pour Brockhouse Cooper

PLUS: L'expansion économique aux États-Unis se poursuivra au début de 2012...

MOINS: ... puis s'essoufflera à cause du désendettement.

La Bourse canadienne : La performance du S&P/TSX est intimement liée à la Chine, plus grande consommatrice de ressources naturelles. Comme en 2008, la Chine ressentira les effets du ralentissement économique aux États-Unis. Une baisse des prix des ressources est donc à prévoir.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: -10% S&P 500 États-Unis: -7% Obligations Canada (Univers Scotia): 0%

Le scénario : L'Europe étant en récession, la croissance économique mondiale dépendra des États-Unis. Malheureusement, les mesures d'austérité du gouvernement pèseront sur la croissance économique du pays.

Éléments positifs : Les banques centrales pourraient stimuler les marchés boursiers en décidant d'utiliser la planche à billets.

Dangers : Sans la participation des banques centrales ou des gouvernements, les actifs plus risqués (actions, ressources) seront sous pression.

Secteurs à privilégier : Secteurs défensifs: consommation de base, services publics, télécommunications.

Prudence : Secteurs cycliques (énergie, matériaux) et services financiers.

STÉFANE MARION > Économiste et stratège en chef de la Banque Nationale

PLUS: Les banques centrales.

MOINS: Les politiciens.

La Bourse canadienne : Une performance en dents de scie.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +8% S&P 500 États-Unis: +11% Obligations Canada: -2%

Le scénario : La volatilité demeurera sur les marchés financiers, mais les États-Unis et la Chine permettront à l'économie mondiale de continuer de croître.

Éléments positifs : Le marché du travail aux États-Unis qui affiche une hausse importante de l'emploi à temps plein ainsi qu'une reprise de l'activité résidentielle.

Dangers : Crise des finances publiques européennes qui se métamorphose en crise mondiale.

Secteurs à privilégier : Les titres plus défensifs qui rapportent un dividende. Nous tablons aussi sur l'or et sur une embellie dans le secteur immobilier américain.

Titres à privilégier : ETF Claymore Dividend, Royal Canadian Mint, Homebuilders SPDR, Pharmaceutical HOLDRS Trust.

Prudence : Les décisions stratégiques sont actuellement plus inspirées par la politique que par l'activité économique. Et ça risque de durer.

DOMINIQUE VINCENT > Gestionnaire de portefeuille chez MacDougall, MacDougall&MacTier

PLUS: Conscience et collaboration à l'échelle internationale.

MOINS: Effet de contagion.

La Bourse canadienne : Plus que jamais vulnérable au ralentissement possible des pays émergents. Si ces derniers parviennent à maintenir le cap, la Bourse canadienne va encore bénéficier de la demande pour les matériaux et l'énergie, deux secteurs particulièrement touchés en 2011.

Performances prévues : S&P/TSX Canada: +8% S&P 500 États-Unis: +10% Obligations Canada : 0%

Le scénario : Les marchés pourraient rester dans une fourchette toute l'année.

Éléments positifs : Depuis 2008, les entreprises ont profité de la faiblesse des taux pour améliorer leur situation financière.

Dangers : Effet domino de l'endettement des pays industrialisés, combiné à un climat d'insécurité alimenté par l'intervention politique.

Secteurs à privilégier : Peu importe le secteur, les entreprises ayant du leadership, un faible endettement et une politique d'augmentation du dividende.

Titres à privilégier : Royal Dutch Shell, Enbridge, TransCanada Corp, TELUS, GE, Apple ou le NASDAQ, Goldcorp, Canadian Tire, Teck Resources ou le XMA, Toromont, Canadian National Railway.

Prudence : Petites capitalisations.