Wall Street renouait avec l'optimisme lundi, portée par l'espoir de voir la crise en zone euro se résoudre prochainement et par la bonne santé des entreprises américaines, reflétée par leurs résultats et des fusions-acquisitions.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Vers 12h15, le Dow Jones Industrial Average gagnait 0,84% ou 99,49 points à 11 908,28 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 2,22% ou 58,48 points à 2695,94 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 prenait 1,16% ou 14,37 points à 1252,62 points.

À Toronto, le S&P TSX gagnait 1,27% ou 151,72 points à 12 101,21 points.

Wall Street avait fini vendredi à un niveau plus vu depuis le 4 août: le Dow Jones avait gagné 2,31% et le Nasdaq 1,49%, pariant sur un dénouement proche en Europe.

«On attend que ce soit peut-être plus dramatique d'ici deux jours, mais pour le moment on s'éloigne du drame», a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Market.

Réunis dimanche à Bruxelles, les dirigeants européens ont tracé les grandes lignes d'un plan de sortie de crise de la dette qui menace la zone euro, malgré des désaccords persistants sur les modalités d'un renforcement du Fonds de soutien de la zone euro (FESF).

Le président français Nicolas Sarkozy a toutefois averti qu'il faudrait «encore de longues heures de discussions» pour parvenir à une solution définitive mercredi, au cours d'un nouveau sommet européen qui se veut cette fois décisif.

«Un accord sur l'étendue de la participation du secteur privé à la restructuration de la dette grecque se fait attendre et le renforcement du FESF en vue de renflouer l'Espagne et l'Italie n'est toujours pas clair», a fait valoir Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Wall Street était par ailleurs réconfortée par la saison des résultats qui, conjuguée à des indicateurs économiques encourageants, montre que «l'économie américaine se porte mieux que prévu», ont souligné les analystes de Charles Schwab, notant que «les preuves montrant que l'économie est en récession manquent».

«Je ne dirais pas que l'on arrive à un tournant, mais on a l'impression que l'économie a repris un peu de vitesse en cette fin d'année», a abondé M. Volokhine.

Le constructeur américain d'engins de chantier Caterpillar (+6,29%, à 92,89 dollars) a dépassé les attentes en publiant lundi un bénéfice au troisième trimestre en hausse de 44%, à 1,14 milliard de dollars, assorti d'un chiffre d'affaires record.

Le groupe a en outre relevé ses prévisions pour l'année, en anticipant une forte demande au Japon (en raison des dégâts causés par le séisme et le tsunami de mars), mais aussi aux États-Unis.

«C'est intéressant de voir des prévisions de croissance qui ne se basent pas que sur la Chine ou d'autres marchés émergents», a souligné M. Volokhine.

De son côté, le fabricant de mouchoirs en papier et de couches-culottes Kimberley-Clark lâchait 4,86% à 69,45 dollars après avoir enregistré des ventes record au troisième trimestre, mais assorties d'un bénéfice net en recul.

Wall Street saluait par ailleurs les fusions-acquisitions annoncées peu avant son ouverture. «Le marché aime bien ça, c'est toujours un signe de confiance», a noté M. Volokhine.

Le groupe d'assurance et autres services médicaux Cigna (-0,81% à 44,34 dollars) va acquérir son concurrent HealthSpring (+33,72% à 53,70 dollars) pour quelque 3,8 milliards de dollars.

Le groupe informatique américain Oracle (+1,68% à 32,66 dollars) va pour sa part racheter RightNow (+19,22% à 42,87 dollars) une entreprise spécialisée dans le service à la clientèle dans le domaine de l'informatique dématérialisée, pour 1,5 milliard de dollars.

Baromètre du secteur technologique, le géant Apple prenait 3,10% à 405,05 dollars, après avoir évolué en nette baisse la semaine dernière. Les investisseurs spéculaient sur le lancement par la marque californienne, au deuxième trimestre 2012, d'une télévision couplée à internet.

La société internet Yahoo!, objet de toutes les attentions après d'importantes rumeurs sur son possible rachat, prenait 2,64% à 16,55 dollars.

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,226% contre 2,203% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,259% contre 3,252%.