Les investisseurs espèrent en apprendre suffisamment sur la situation en Europe au cours de la prochaine semaine pour leur permettre de mieux gérer leurs attentes.

Richard Dufour LA PRESSE

Un plan solide pourrait servir de moteur pour faire avancer les indices pour le reste de l'année. L'inverse a le potentiel pour placer la Bourse sous pression.

«La question est de savoir si une semaine et demie (avant le sommet du G20 le 3 novembre) est suffisante pour donner aux décideurs le temps dont ils ont besoin pour solidifier les fondations de leur fragile union, limiter la nervosité des marchés et diminuer les risques de contagion», dit Peter Buchanan, de la CIBC.

Si le plan se concrétise, l'exécution de la stratégie pourrait s'étirer sur plusieurs mois compte tenu de la structure de la zone euro, et certains investisseurs pourraient se décourager en réalisant ce qui doit être fait.

Rien n'assure non plus que le plan à venir fonctionnera.

«Je ne veux pas condamner le plan avant qu'il soit dévoilé, mais il n'y a rien de particulièrement encourageant compte tenu des désaccords», commente Jonathan Loynes, chez Capital Economics.

«S'il y a une chose que les leaders européens constatent en ce moment, c'est que les marchés peuvent continuellement être amenés à croire qu'une solution est imminente tant qu'il y a un engagement à tenir des sommets, des réunions et à se faire prendre en photos pour les médias», dit David Rosenberg, chez Gluskin Sheff.

Les marchés semblent néanmoins demeurer relativement optimistes quant à la capacité des décideurs de sauver les meubles.

«Moi, je ne vois pas comment le sommet du weekend et le suivant pourront fournir ce qui est nécessaire pour résoudre la crise. Le vrai test décisif pour la crédibilité est une réduction de valeur de la dette de la Grèce de 200 milliards d'euros, un plan de recapitalisation de 200 milliards d'euros et une bonification du Fonds de secours», dit Sherry Cooper, de la BMO.

Les résultats financiers seront aussi à surveiller au cours de la semaine qui vient. D'ici vendredi prochain, des compagnies comme le CN, le CP, Potash, Barrick Gold, Rogers, Astral Media, Cogeco, Corus, Domtar, Canam, Goldcorp, Imperial Oil et Teck Resources vont publier leur performance trimestrielle.

Les statistiques économiques qui seront présentées risquent de passer un peu plus sous le radar, mais certaines qui seront dévoilées aux États-Unis pourraient amener des nouvelles encourageantes (PIB et commandes de biens durables).

Ici au pays, la Banque du Canada devrait annoncer mardi matin qu'elle garde son taux directeur inchangé à 1%.

Le TSX et le Nasdaq ont perdu 1% au cours de la dernière semaine. Le Dow et le S & P 500 ont gagné 1%.

Hier, le TSX a pris 1% . Le Dow a avancé de plus de 2% pour terminer. Le S & P 500 a monté de près de 2% . Le Nasdaq a de son côté gagné 1,5% .