Les bourses de Toronto et de New York ont enregistré des gains substantiels, jeudi, à la suite de la publication de données plus favorables quant à l'état de l'économie américaine ainsi que l'adoption par les députés allemands de nouvelles dispositions pour soutenir les pays européens en difficulté.

LA PRESSE CANADIENNE

L'indice S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de 0,87% ou 100,45 points, à 11 686,32.

À la Bourse de New York, l'indice Dow Jones a bondi de 1,3% ou 143,08 points, à 11 153,98. Le S&P 500 a pour sa part progressé de 0,81% ou 9,34 points, à 1160,4, pendant que l'indice de la bourse électronique Nasdaq reculait de o,43% ou 10,82 points, à 2480,76.

Le dollar canadien a perdu 0,37 cent par rapport au billet vert, pour terminer la journée à 96,47 cents US. Il s'agit pour le huard de son plus bas niveau à la clôture depuis le mois de septembre 2010.

Le baril de pétrole brut sur le marché new-yorkais s'est apprécié de 93 cents, à 82,14$ US.

Les investisseurs boursiers ont notamment été encouragés par la publication d'une donnée qui établit à 1,3% la croissance de l'économie américaine au deuxième trimestre sur une base annualisée. Il s'agit d'une révision à la hausse par rapport à la précédente estimation qui faisait état d'une croissance de 1%.

D'autre part, les députés allemands étaient appelés à se prononcer, jeudi, sur la décision prise en juillet par les leaders des pays européens de bonifier le Fonds européen de stabilité financière, pour le porter à 440 milliards d'euros. Le vote favorable de la part des députés signifie que l'Allemagne se porte garante des prêts consentis dans le cadre de ce fonds à hauteur de 211 milliards d'euros, comparativement à 123 milliards d'euros précédemment.

Les titres du secteur financier ont le plus profité des plus récents développements en Europe, alors que les investisseurs espèrent que l'on trouvera finalement une solution à la crise de la dette souveraine de la Grèce. Le sous-indice des finances à la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de près de 2%.

«Parmi les titres les plus solides, il y a ceux des banques canadiennes, qui constituent l'un des piliers de ce marché et qui représentent 30% du TSX», a dit Gavin Graham, président de la firme Graham Investment Strategy.

«Nos banques ne se sont pas effondrées, elles n'ont pas réduit leurs dividendes et si vous vous préoccupez de la croissance et de la santé financière, les banques canadiennes sont de plus en plus attrayantes», a-t-il ajouté.

L'action de la Banque Royale [[|ticker sym='T.RY'|]] a clôturé en hausse de 88 cents, à 48,71$, pendant que le titre de la TD [[|ticker sym='T.TD'|]] avançait de 1,46$, à 75$.