Source ID:; App Source:
Exclusif

La criminalité des Roms inquiète Ottawa

En mars dernier, des policiers ont fait irruption... (Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse)

Agrandir

En mars dernier, des policiers ont fait irruption dans le quartier rom de Craiova, en Roumanie, pour arrêter les chefs allégués du réseau criminel qui aurait organisé l'immigration clandestine vers le Canada. Les suspects arrêtés sont accusés d'avoir collecté les fruits de crimes perpétrés au Canada par des demandeurs d'asile.

Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s'inquiète du haut taux de criminalité chez les demandeurs d'asile de la minorité rom venus de Roumanie, qui «place le public canadien à risque», selon un rapport obtenu par La Presse et dont l'existence même suscite la controverse.

Le rapport sur la «migration irrégulière» en provenance de Roumanie a été publié en novembre dernier, alors que les autorités constataient une augmentation marquée des passages clandestins de la frontière entre le Québec et le Vermont par des Roms souhaitant présenter une demande d'asile au Canada.

Se disant victimes de persécution chez eux, les migrants s'envolaient vers le Mexique ou le Guatemala avec l'aide d'un réseau qui les aidait à remonter clandestinement jusqu'au Canada. Un groupe de criminels, dont d'anciens Montréalais, coordonnait le tout à partir du ghetto rom de Craiova, en Roumanie.

«Les migrants irréguliers roumains d'origine rom cheminent de plus en plus vers le Canada, en contournant le processus légal d'immigration, pour accéder aux généreux programmes d'accueil des réfugiés, de services sociaux et de soins de santé», affirme le rapport de l'ASFC.

«Ce mouvement illicite non seulement sape le régime d'immigration du Canada, mais il place le public canadien à risque étant donné les activités criminelles auxquelles se livrent la majorité des migrants à leur arrivée au Canada», poursuit le document.

Selon les chiffres de l'Agence, en 2011, un demandeur d'asile rom adulte sur trois a été accusé d'un crime. Le pourcentage passe à 67% pour le dernier échantillon analysé, soit ceux entrés au Québec en avril 2012. Les personnes arrêtées s'étaient tournées vers le crime «soit par choix, ou pour rembourser des dettes reliées à leur passage clandestin au Canada», expliquent les auteurs.

«Depuis 1998, il y a eu une évolution et une diversification des activités criminelles entreprises par les groupes roms d'origine roumaine au Canada. Alors qu'ils se spécialisaient initialement dans la fraude de cartes de crédit et les vols par distraction, ils se lancent maintenant dans d'autres formes d'activités illicites, comme le trafic de drogue et le passage clandestin d'humains entre le Canada et les États-Unis», affirme l'ASFC.

L'Agence a aussi remarqué que des leaders du réseau de passeurs s'étaient établis de nouveau à Craiova après avoir été reconnus comme réfugiés au Canada parce qu'ils craignaient prétendument la persécution en Roumanie.

En avril dernier, une équipe de La Presse s'était rendue à Craiova et avait pu constater à quel point certains individus liés au réseau vivent dans l'opulence, habitant de grandes villas et roulant au volant de voitures de luxe immatriculées au Québec.

Dans son étude des causes de ce vaste mouvement migratoire, l'ASFC remarque que «l'échec de l'intégration des Roms de Roumanie au sein de l'Union européenne [...] les a poussés à tenter de s'établir au sein de pays qu'ils voient comme plus tolérants, tel le Canada».

Un document critiqué

Mais l'idée même de compiler des statistiques sur la criminalité d'un groupe ethnique précis sème la controverse.

Selon l'avocat Stéphane Handfield, qui a représenté plusieurs Roms devant le tribunal de l'immigration, les autorités canadiennes font un amalgame dangereux avec ce rapport.

«On mélange deux choses: la criminalité et l'obligation du Canada envers les demandeurs d'asile. Le Canada a l'obligation d'offrir la protection à ceux qui en ont besoin. On n'a pas à mélanger la criminalité là-dedans. Si des gens font des crimes, on les arrête et on les punit, c'est tout. On ne doit pas utiliser l'immigration pour pallier le système criminel», martèle-t-il.

Pour Dafina Savic, directrice générale de l'organisme montréalais Romanipe, toute l'approche de l'ASFC démontre une mauvaise compréhension de sa communauté.

«Ce que nous espérons pour le futur, c'est un rapport qui tente de présenter la situation avec précision et objectivité. Un rapport qui représente aussi le fait que plusieurs Roms viennent ici pour trouver un travail honnête pour subvenir aux besoins de leurs familles. Nous espérons un rapport qui ne présente pas les Roms comme des trafiquants illégaux et criminels, mais comme des êtres humains, qui tentent de fuir la persécution, qui tentent de sauver les vies des gens à qui ils tiennent», dit-elle.

- Avec la collaboration de William Leclerc




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer