Le ministre de la Famille et responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a condamné jeudi la position « complètement dégueulasse » d’un enseignant de l’Université d’Ottawa qui a semblé faire un lien entre le nationalisme du gouvernement Legault et le nombre de décès liés à la COVID-19.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Ark. Complètement dégueulasse. Ça me lève le cœur. J’ai honte de mon université », a martelé jeudi le ministre Lacombe, qui est aussi un ancien étudiant de l’établissement, dans une publication diffusée sur son compte Twitter en fin de journée.

Il répondait ainsi aux propos de Amir Attaran, un professeur de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa qui a soutenu mercredi que « la nation du Québec est toujours un échec » dans sa lutte contre la pandémie. « Et maintenant, le Québec retarde un confinement pour Noël. Pourquoi faire ça quand ça va tuer ? », s’est ensuite interrogé l’enseignant, qui n’en est pas à sa première controverse sur les réseaux sociaux.

M. Attaran a également lié la gestion de crise de François Legault à celle de Donald Trump, en soutenant que le premier ministre du Québec « a choisi une voie tout aussi non scientifique et immorale » que le président des États-Unis. « Tous deux sont des nationalistes, dont l’accomplissement est de massacrer des multitudes des leurs. Laissons l’histoire montrer que les nationalismes américain et québécois étaient des échecs mortels », écrit-il aussi.

De son côté, M. Lacombe déplore que l’Université d’Ottawa « tolère qu’un de ses professeurs tienne ce genre de propos ».

Rappelons que ce n’est pas la première fois que le ministre caquiste se prononce sur la situation de son ancien établissement d’études. Il y a quelques semaines, dans la foulée de la suspension de Verushka Lieutenant-Duval qui a soulevé les passions un peu partout au Canada, l’élu avait aussi condamné une « vague de haine contre les professeurs francophones ».

Appelée à réagir, l’Université d’Ottawa n’avait pas répondu à nos questions à ce sujet, au moment de publier. Le cabinet de François Legault, lui, s’est montré prudent. « Le ministre Lacombe s’est exprimé sur Twitter et comme ancien étudiant de l’Université d’Ottawa, il est dans son droit de le faire », a simplement réagi l’attaché de presse, Ewan Sauves.