Jude Frantz Valminor pensait prendre la clé des champs en proposant quelques milliers de dollars à des policiers montréalais pour éviter son arrestation. Or, le jeune Lavallois s'est fait prendre la main dans le sac. Il a plaidé coupable dès le lendemain de sa comparution à une accusation de corruption de fonctionnaires.

Mis à jour le 23 mars 2018
Louis-Samuel Perron LA PRESSE

L'homme de 22 ans a été intercepté par des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sur la rue Jarry, dans Saint-Léonard, mardi dernier, pendant une intervention de routine. Jude Frantz Valminor n'avait toutefois pas le droit de se trouver à l'extérieur de Laval en raison d'une condition émise par la cour.

«Durant le transport, il y aurait eu de la corruption, une demande faite aux policiers, pour obtenir sa libération en échange d'un montant d'argent», explique Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM. Une offre refusée catégoriquement par les deux policiers, précise l'agent Brabant.

Selon nos informations, Jude Frantz Valminor aurait offert quelques milliers de dollars aux policiers pour «s'arranger» avec eux, alors qu'il se trouvait, menottes aux mains, à l'arrière du véhicule de patrouille. Les policiers auraient ensuite dénoncé sa tentative de corruption au poste de police.

Jude Frantz Valminor a comparu mercredi au palais de justice de Montréal. Dès le lendemain, pour son enquête sur remise en liberté, il a plaidé coupable à un chef d'accusation d'avoir «donné ou offert par corruption de l'argent à [deux] agents de la paix dans le dessein que ces personnes provoquent ou facilitent la perpétration d'une infraction, empêchent la découverte ou le châtiment d'une personne qui a commis ou se propose de commettre une infraction».

Il a écopé d'une peine de 30 jours de prison. 

À Laval, Jude Frantz Valminor a plaidé non coupable l'automne dernier à des accusations de menaces et a été libéré sous conditions.