(Gatineau) Un militaire réserviste de Gatineau qui fait face à de multiples chefs d’accusations pour des crimes sexuels sur au moins six personnes pourrait avoir fait d’autres victimes en Outaouais et ailleurs, et la police les invite à se manifester.

La Presse Canadienne

Jean-Philippe Chaussé, qui est âgé de 27 ans, a été arrêté le 5 mai dernier ; il est détenu depuis ce jour. Il est notamment accusé d’agression sexuelle armée, d’introduction par effraction, de séquestration, d’agression sexuelle ayant causé des lésions de même que de production et de distribution de pornographie juvénile.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) explique que Jean-Philippe Chaussé aurait rencontré ses victimes par l’intermédiaire de l’organisme à but non lucratif Héberge-Ados de Gatineau, qu’il avait lui-même fréquenté lorsqu’il était adolescent et où il était devenu bénévole.

Il aurait noué des relations amoureuses avec les jeunes filles d’âge mineur et aurait eu des relations sexuelles avec elles. Dans certains cas, les victimes n’avaient pas l’âge de consentir à une relation sexuelle.

La police croit que certaines agressions auraient causé des blessures corporelles et que d’autres auraient été commises avec une arme.

L’enquête a débuté à la suite d’une plainte logée contre Jean-Philippe Chaussé pour une agression sexuelle qui aurait été commise en 2017. Des expertises menées au cours de l’enquête ont permis aux policiers d’identifier d’autres victimes qui ont décidé de porter plainte.

Les enquêteurs ont découvert divers éléments de preuve, comme des photos et des vidéos intimes, ce qui laisse croire qu’il y ait d’autres victimes de l’individu.

Le SPVG signale que bien que les agressions sexuelles qui sont reprochées au suspect auraient eu lieu entre 2012 et 2017, il pourrait en avoir commis à d’autres moments.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec (SQ), a été déployée.