Un homme dans la trentaine a été arrêté mercredi par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en lien avec du trafic d’alcool et de stupéfiants au Nunavik. L’enquête ayant mené à cette arrestation avait été lancée au tout début de l’année, en janvier dernier.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Le suspect, dont l’identité n’a pas été précisée à ce stade, devrait comparaître le 9 août prochain au palais de justice de Montréal. Il pourrait faire face à des accusations de possession en vue de trafic ou encore de trafic de stupéfiants, mais le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) devra d’abord trancher.

Par communiqué, le SPVM a précisé que le Montréalais « a été arrêté à son domicile de l’avenue Van Horne, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ». Une perquisition de son domicile a eu lieu, ainsi qu’une série d’autres saisies réalisées dans le cadre de l’enquête. Celles-ci ont permis de mettre la main « sur des dizaines de bouteilles de vodka, du cannabis, des comprimés de méthamphétamine, de la cocaïne, du crack et d’autres stupéfiants ». Des cartes bancaires et des « sommes importantes en argent comptant » ont aussi été collectées.

« Diverses techniques ont permis d’effectuer des saisies au cours de l’enquête. Aucune perquisition n’a eu lieu sur le territoire du Nunavik », a aussi soulevé la police de Montréal, en ajoutant que ce sont des informations reçues qui ont permis de faire progresser l’enquête rapidement.

Plusieurs organisations ont été impliquées, dont la Sûreté du Québec et la police régionale du Kativik (KRPF), ainsi que l’unité ACCES Alcool de la police de Montréal. Le poste de quartier 26, qui regroupe les secteurs de Côte-des-Neiges, Mont-Royal et Outremont, a aussi été mis à contribution. « On en profite pour souligner le bon travail de l’unité ACCES, qui est souvent moins connue du grand public. Les gens connaissent souvent davantage les enquêtes majeures ou criminelles, mais on parle ici d’une unité très spécialisée », a indiqué un porte-parole du SPVM, Julien Lévesque.

La Société des Alcools du Québec (SAQ) ainsi que Postes Canada ont aussi offert leur aide aux autorités. Toute personne détenant des informations pertinentes en lien avec cette arrestation est priée de contacter le service anonyme et confidentiel d’Info-Crime Montréal, en composant le 514-393-1133 ou en faisant un signalement sur le Web. « Des récompenses allant jusqu’à 2000 $ peuvent être remises pour des informations menant à l’arrestation de suspects », a rappelé à ce sujet la police montréalaise.

Un historique

Rappelons qu'en février 2020, des perquisitions visant à démanteler un réseau de revente illégal d’alcool et de trafic de stupéfiants dans 13 communautés du Grand Nord du Québec avaient été effectuées par la Sûreté du Québec (SQ) et la KRPF. Les policiers avaient alors effectué des perquisitions dans sept résidences et cinq véhicules, surtout dans la région de Montréal, dans le cadre du projet PLUTONIUM.

Selon la SQ, l’enquête, qui avait été initiée en juin précédent, tendait surtout à démontrer que les individus achetaient de l’alcool dans la région de Montréal pour ensuite le revendre à prix fort dans les 13 communautés du Nunavik. En plus de l’alcool, les suspects faisaient le trafic de stupéfiants toujours dans ces communautés. Les boîtes étaient acheminées dans les communautés par courrier.

Entre 2016 et 2020, les principaux suspects avaient acheté plus de 39 000 bouteilles d’alcool, principalement de vodka, pour une valeur de plus de 900 000 $. Ils les revendaient par la suite dans les villages inuits, de huit à 12 fois plus cher que le prix normal.

– Avec La Presse Canadienne