Une fuite de gaz survenue mardi matin dans un poste d’embranchement a forcé la mise sur pied d’un important périmètre de sécurité aux abords de l’autoroute 40, à Montréal. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cet incident, qui ne représente toutefois aucun danger immédiat.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« C’est sur une valve que ça s’est produit. Il y a une soupape qui laissait s’échapper un nuage de gaz, ce qui occasionnait un bruit constant. On présume que ça réagit à une pression dans le système », explique David Laureti, le conseiller aux affaires publiques d’Energir, qui gère les installations dans le secteur. La fuite a finalement été colmatée vers 10 h 30.

Selon nos informations, la fuite initiale s’est déclarée vers 7 h 30. Le poste d’embranchement de gaz naturel en question est situé sur les terrains du Golf de l’île de Montréal, rue Damien-Gauthier, dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Rapidement, cinq camions du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) ont été envoyés sur place pour sécuriser le périmètre. Ils ont quitté peu après 9 h. « On peut déjà confirmer qu’il ne semble pas s’agir d’une excavation comme c’est souvent le cas en milieu urbain », a souligné à ce sujet la cheffe aux opérations, Louise Desrosiers.

Des patrouilleurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont aussi été déployés sur les lieux pour soutenir les équipes du SIM. « Il n’y a plus de danger. La valve va être réparée », a souligné le porte-parole du corps policier, Jean-Pierre Brabant.

« On est dans un environnement ouvert »

Energir, de son côté, affirme avoir procédé à des lectures de présence de gaz naturel, qui se sont finalement révélées très faibles, au courant de la matinée.

« Heureusement, on est dans un environnement ouvert et non un lieu fermé. Il n’y a donc pas de danger pour la sécurité des gens autour, ni risque d’inflammabilité ou de bâtiment à proximité qui nécessiterait une évacuation », affirme M. Laureti.

Dans un bâtiment, ça aurait été très différent, mais là, le gaz s’échappe tout simplement dans l’atmosphère.

David Laureti, porte-parole d’Energir

Malgré tout, les techniciens d’Energir demeureront sur place pendant une bonne partie de la journée de mardi, afin de remplacer la pièce d’équipement qui fait défaut et s’assurer que le bris ne se reproduise plus. L'entreprise assure que l'opération en cours n'aura aucune incidence sur la distribution de gaz naturel dans les environs.