Les accusations sont tombées pour les trois militants qui ont escaladé le pont Jacques-Cartier l’automne dernier. Ils devront répondre à deux chefs d’accusation, soit méfait et complot pour commettre un méfait.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Chantal Poulin, Yann Robitaille et Mélanie Dupuis sont accusés de complot et d’avoir interrompu l’emploi d’un bien dont la valeur dépasse 5000 $, soit le pont Jacques-Cartier.

Le 8 octobre dernier, les trois membres du groupe Extinction Rebellion (XR) ont grimpé sur la structure du pont Jacques-Cartier. L’action militante avait perturbé la circulation en matinée.

Une dizaine de jours après les évènements, Alexandre Leduc, député de Québec solidaire (QS) de la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve, avait révélé que Chantal Poulin, également enseignante, avait agi en tant que directrice de campagne lors de la dernière élection du parti.

Les trois accusés devront comparaître au palais de justice de Montréal le 23 janvier prochain.