L'enquête préliminaire du policier Christian Gilbert du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s'est amorcée lundi matin au palais de justice de Montréal. L'agent expérimenté est accusé de l'homicide involontaire de Bony Jean-Pierre, mort pendant une opération policière, le 31 mars 2016, à Montréal-Nord.

Louis-Samuel Perron LA PRESSE

De nombreux policiers accompagnaient l'accusé de 48 ans ce matin pour le début de son enquête préliminaire, dont le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur.

Yves Francoeur s'est adressé aux médias cet avant-midi pour souligner la « carrière exemplaire » de l'agent Gilbert. « Le résultat est regrettable. Personne ne souhaite mort d'homme, particulièrement nos policiers impliqués. Cependant, je pense qu'il faut recadrer la situation. Il faut se rappeler que c'était une intervention classifiée à risque auprès de gangs de rue, particulièrement le groupe des Blood, les Rouges », a déclaré le président de la Fraternité. Une ordonnance de non-publication nous interdit de relater les détails de la preuve présentée.

L'enquête préliminaire est une étape précédant le procès qui permet à la Couronne de « tester » sa preuve. Au terme de cette enquête, le juge déterminera si l'accusé est cité à son procès ou libéré des accusations portées contre lui. L'enquête doit durer toute la semaine.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Jean-Pierre Bony, 46 ans, se trouvait dans un logement d'un immeuble de la rue Arthur-Chevrier lorsque le groupe tactique d'intervention de la police de Montréal a cerné l'immeuble.