Le leader du groupe surnommé «Les 18 de Toronto», qui avait plaidé coupable à des accusations de terrorisme comprenant notamment un attentat contre le Parlement canadien, a été condamné lundi à 16 ans de prison.

LA PRESSE CANADIENNE

Fahim Ahmad, âgé de 26 ans, avait plaidé coupable, à mi-procès, d'appartenance à un groupe terroriste, d'importation d'armes et d'avoir ordonné à ses coaccusés de commettre des actes pour le compte d'un groupe terroriste.

Sa peine sera amputée des huit années et demie déjà passées en prison, et Ahmad pourra présenter une demande de libération conditionnelle dans trois ans et demi. La Couronne avait demandé une peine allant de 18 ans de réclusion à la prison à perpétuité, tandis que la défense avait suggéré une peine d'environ 12 ans.

Ahmad est demeuré impassible, lundi, lorsque le juge a lu sa décision, mais s'est plus tard retourné pour sourire à des proches assis dans la salle d'audience.

le juge Fletcher Dawson, de la Cour supérieure de l'Ontario, a indiqué qu'il avait pris en compte le fait qu'Ahmad n'avait pas de dossier criminel, et avait éprouvé des remords. Il aurait également écrit à sa femme pour lui dire qu'il avait rencontré des gens de confessions religieuses différentes de la sienne en prison, et qu'il avait appris la tolérance.

«Peut-être suis-je simplement optimiste, mais je vois des possibilités de réhabilitation», a dit le juge. «Prouvez-moi que je ne me trompe pas», a-t-il dit à Ahmad.

La preuve présentée en cour comprenait des dizaines de communications interceptées. Dans l'une d'entre elles, on entend Ahmad suggérer de se rendre au Parlement pour «couper des têtes» et «tuer tout le monde».

La cour a appris qu'Ahmad était le chef d'une cellule terroriste et avait organisé deux camps d'entraînement dans la campagne ontarienne pour déterminer le niveau de préparation de ses recrues afin de l'aider dans ses attentats contre le Parlement, des réseaux électriques et des centrales nucléaires.

Au camp, il a livré un vibrant discours dans lequel il a poussé ses recrues à se regrouper pour faire tout ce qui serait nécessaire afin de vaincre «l'Empire de Rome», soit la civilisation occidentale.

Des 18 personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire, sept ont vu les accusations contre elles abandonnées ou suspendues, quatre ont été reconnues coupables, et sept ont plaidé coupable.

Ahmad est parmi les derniers accusés à connaître sa sentence. Zakaria Amara, un autre membre du groupe, a écopé une peine de prison à perpétuité, plus tôt cette année.

Lui et Ahmad avaient eu un différend et Amara a fondé son propre groupe, qui a finalement réussi à avancer davantage les préparatifs pour commettre des attentats contre la Bourse de Toronto, les bureaux torontois du Service canadien du renseignement de sécurité, et une base militaire de l'est de l'Ontario.