Les vieux partis politiques sont « au bout de leur corde » a dénoncé le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, jeudi soir, en lançant sa propre campagne dans la circonscription de l'Assomption.                                                                                                                                

Mis à jour le 2 août 2012
Martin Croteau LA PRESSE

Le chef caquiste est débarqué à Charlemagne, en soirée, pour haranguer environ 400 partisans. Il était accompagné d'une centaine de candidats de la CAQ venus de partout au Québec.

Au cours de ce premier rassemblement d'envergure, M. Legault a martelé sa volonté de s'attaquer à la corruption, le thème qu'il compte imposer d'ici la fin de la campagne.

«Après 40 ans de chaises musicales, les deux vieux partis sont rendus au bout de leur corde », a-t-il lancé au cours d'un discours.

Il présente sa formation comme la seule à pouvoir faire le ménage. À ses yeux, le Parti québécois est trop proche des syndicats et du mouvement étudiant. Quant au Parti libéral, il l'associe aux allégations de corruptions, de copinage et de collusion qui ont déferlé sur le Québec au cours des dernières années.

«Contrairement au PQ, nous avons les mains libres, a-t-il déclaré. Et contrairement au PLQ, on a les mains propres.»

Parti de Québec en matinée, M. Legault a fait un arrêt à St-Lin-Laurentides, dans la circonscription de Rousseau qu'il a représentée pendant 10 ans lorsqu'il était au PQ. Il a ensuite terminé la journée à Charlemagne, dans l'Assomption, où il tente de se faire élire.