Le Bureau de la sécurité des Transports du Canada (BST) a annoncé que ses deux enquêteurs dépêchés en Iran et en Ukraine pour déterminer les causes de l’accident du vol PS752 de l'Ukrainian International Airlines ont terminé leur mission à l’étranger et qu’ils rentreront au pays dans les prochains jours.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Les deux enquêteurs sont restés à Téhéran six jours et à Kiev, la capitale ukrainienne, deux jours. Le BST dit espérer que ses enquêteurs puissent jouer un rôle plus important, mais reconnaît que les autorités iraniennes se sont montrées coopératives et utiles.

Le Canada s’est engagé à divulguer à la population toute information pertinente liée à l’enquête, dans la mesure du possible. Cependant, le gouvernement canadien reste lié aux règles de la Convention relative à l’aviation civile internationale, qui stipule que le BST n’est autorisé à divulguer aucun renseignement concernant la progression ou les conclusions de l’enquête sans l’autorisation du bureau d’enquête sur les accidents d’aéronefs de l’Iran.

L’Iran a reconnu avoir tiré des missiles sol-air vers l’appareil après son décollage de l’aéroport international de Téhéran, le 8 janvier. La tragédie a coûté la vie à 176 personnes, dont 57 Canadiens.

Le BST a dit « comprendre que les enregistreurs de données de vol et des enregistreurs de conversations de poste de pilotage sont toujours en Iran, et que l’Iran évalue les options pour le téléchargement et l’analyse ».

Une deuxième équipe d’enquêteurs du BST sera envoyée en Iran « une fois qu’il saura où et quand cette activité aura lieu ».

—Avec La Presse canadienne