Source ID:news·20111008·LA·0200; App Source:cedromItem

Yannick Houle alias All In: le bon repenti

Hugo Meunier
La Presse

Le débit de la rivière Saint-François est rapide aux abords du parc Woodyatt, petite oasis de verdure au coeur de Drummondville. Yannick et son ami Carl Patrick pêchent en équilibre sur des rochers. Cody, le husky de Yannick, est couché en boule à leurs pieds.

Douze rangées de briques sont tatouées sur l'avant-bras de Yannick Houle, 33 ans, un homme mince au visage dur et au corps découpé. Une rangée de briques par année de prison, explique-t-il. Une montre en or brille à son poignet. Lorsqu'il ne traque pas la truite dans la rivière Saint-François, Yannick travaille pour une société d'asphaltage.

Le reste du temps, il est All In, prolifique acteur porno qui multiplie les films depuis deux ans.

Dans le jargon du poker, un all in consiste à miser tout son pactole pour l'emporter. Le tout pour le tout. Yannick a misé sur le sexe pour sauver son âme. «J'ai toujours été amateur de porno et voulu essayer d'en faire», explique Yannick Houle, les yeux vissés sur sa canne à pêche.

Une bouteille à la mer lancée à tout hasard lui permet d'obtenir un rendez-vous avec le patron des Productions Pegas. «Il m'a averti de ce qu'implique ce travail. Pour moi, ma famille et mes proches», explique ce père d'un garçon de 14 ans et d'une fille de 15 ans.

Quand il ne joue pas dans un film, il agit parfois à titre de caméraman et d'assistant-réalisateur. «J'aime toutes les facettes de mon travail. Je m'amuse!», admet-il.

Mais tout n'est pas rose. «C'est difficile de trouver une fille qui va accepter mon métier.» Son rythme de vie l'amène à fréquenter surtout des actrices pornos. Pour briser la glace avec sa famille, il n'a d'ailleurs pas hésité à se présenter à un mariage au bras de l'imposante Alyson Queen. «Je n'ai pas toujours été sage dans la vie, ma famille est juste contente que j'aie un job légal que j'aime», explique Yannick.

Et ses enfants? «Ma fille ne m'en a jamais parlé, sauf pour me dire: yark, papa, t'es dégueulasse! Mon fils est au centre d'accueil. Je ne lui parle pas souvent...»

La vie de Yannick a été dure. Il ne s'en cache pas. Il a consommé tout ce qui se consomme une bonne partie de sa vie. De son propre aveu, la pornographie l'a remis sur le droit chemin. «C'est valorisant et je ne peux pas me permettre de faire des conneries. Je représente l'entreprise.»

Quant à LA question que tout le monde se pose: oui, bien sûr, la taille du sexe est un atout. «Pour les prises de caméra et le spectacle, ça aide d'être bien équipé», admet All In.

Il se défend d'être un homme-objet, bien que les acteurs gagnent deux fois moins d'argent que les actrices et gravitent dans leur ombre. «Les gars tournent cependant plus de films, alors je suis assez bien payé.»

Pas suffisamment pour en vivre. «C'est délicat, parce qu'on ne sait jamais quand on va tourner et on a des factures à payer», souligne l'acteur.

Au-delà du salaire, l'univers jet-set dans lequel il vit depuis deux ans ne cesse de le séduire. «Les limousines, les bars VIP, les beaux hôtels. On ne se tanne pas de ça. Des fois, on me reconnaît à l'épicerie.»

Malgré ce glamour, son ami Carl-Patrick, un peu à l'écart sur son rocher, ne voudrait pas de cette carrière. Il s'excuse presque de chercher la stabilité, une maison et une blonde. «Mais Yan, c'est tout à fait son style», laisse tomber l'ami d'enfance en ramenant sa ligne.

La truite ne mord pas aujourd'hui.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer