Recherche Voyage

Sri Lanka: la larme verdoyante de l'Inde

Le Sri Lanka est reconnu pour la qualité... (Photo: Raymond Gervais, La Presse)

Agrandir

Le Sri Lanka est reconnu pour la qualité des thés qui y sont produits.

Photo: Raymond Gervais, La Presse

Partager

Sur le même thème

Raymond Gervais
La Presse

(Sri Lanka) En observant la carte de l'Asie du Sud, on aperçoit une île en forme de larme à 30 kilomètres au sud-est de l'Inde dans l'océan Indien. C'est le Sri Lanka. Connu sous le nom de Ceylan jusqu'en 1972, cet État insulaire est reconnu pour la qualité de ses thés.

Le Sri Lanka a longuement été ignoré par les touristes à cause d'une guerre civile de 25 ans entre la population tamoule au nord et sri-lankaise au sud. Puis, à la suite du tsunami dévastateur de 2004. Mais le tourisme y reprend ses droits et le pays attire, depuis la fin des hostilités en 2009, de plus en plus de visiteurs.

C'est donc le moment de partir à la découverte de ce joyau de l'océan Indien... avant qu'il devienne trop connu!

Ses infrastructures hôtelières sont modernes et accueillantes, les prix sont abordables et plusieurs chaînes prestigieuses s'y sont établies. Malgré sa petite taille, le Sri Lanka est un pays d'une impressionnante diversité, tant par la beauté de ses paysages, que par sa culture et son histoire. Peu importe leur croyance religieuse ou leur origine, les populations cinghalaise, tamoule et musulmane vous reçoivent avec le sourire.

Les gens sont heureux de voir enfin revenir les touristes après tant d'années. Ici, nul besoin de demander la permission de prendre des gens en photo, à la vue de l'appareil, ils vous feront un grand sourire sincère. Attendez-vous cependant à ce qu'ils vous demandent à voir le résultat...

Un pays marqué par son histoire

Les premiers habitants du pays, des chasseurs-cueilleurs, s'y seraient installés 16 000 ans avant Jésus-Christ. Au IVe siècle avant J.-C., des rois venus de l'Inde s'y installèrent pour fonder leurs capitales et devinrent les premiers Cinghalais. Les colonisateurs du pays, Arabes, Portuguais, Hollandais et Britanniques, ont laissé des traces encore bien vivantes de leur passage dans l'architecture des villes. Ainsi à Kandy, la présence anglaise est encore très palpable tandis qu'à Galle, c'est la présence hollandaise qui se fait sentir.

Dès que l'on quitte Colombo, la capitale, on est impressionné par la végétation luxuriante de l'île et par les nombreuses espèces de végétaux. Les cocotiers s'élèvent en rangées serrées en bordure de l'océan et s'inclinent majestueusement. Le pourtour de l'île est une suite de plages de sable doré, presque ininterrompue. Elles comptent parmi les plus belles de l'Asie. On y retrouve aussi d'innombrables plantations de thé offrant différents tons de verts, lesquels s'étirent en gradins en montagne.

Des merveilles bouddhistes

Le Sri Lanka est profondément religieux et 70% des Cinghalais sont boud- dhistes. Les premiers boud- dhistes venus de l'Inde, 300 ans avant J.-C., apportèrent une bouture de l'arbre de la Bodhi sous lequel Bouddha reçut l'illumination.

Cet arbre existe toujours aujourd'hui et se trouve à Anuradhapura, site archéologique reconnu pour ses monastères, dagobas et monuments bouddhiques. C'est ici que se trouve le temple de Kataragama, lequel abrite l'arbre sacré de Bhô. Il faut grimper 1840 marches pour y accéder.

Le temple de la Dent sacrée de Bouddha à Kandy, haut lieu de pèlerinage, est sans contredit l'endroit le plus sacré du monde bouddhiste et le plus beau qui existe dans le pays. Trois fois par jour, on peut assister à une cérémonie de vénération de la relique de la Dent sacrée.

L'île foisonne d'une multitude de temples bouddhiques et de sites archéologiques dont Polonnaruwa, où se trouvait l'ancien temple de la Dent et Sigiriya (le rocher du lion), une forteresse qui figure sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Dambullan est un lieu saint qui abrite 5 grottes à l'intérieur desquelles on retrouve 150 peintures et statues de Bouddha, dont une de 15 mètres de haut.

Mieux vaut laisser conduire les autres

Au Sri Lanka, les distances ne se mesurent pas en kilomètres, mais en temps. Le réseau routier n'a guère évolué et a été construit sur les pistes ouvertes par les Britanniques pour les chevaux. Les routes sont étroites et sinueuses. Avec la conduite à gauche, le doublement des véhicules dans les virages, le bruit constant des klaxons, la présence des piétons sur la chaussée, des rickshaws et des vaches, il est recommandable de ne pas s'aventurer au volant d'une voiture de location, mais d'opter pour un véhicule avec chauffeur.

Il est également possible de se déplacer d'un point à un autre du pays en hydravion ou en hélicoptère. Plusieurs sociétés offrent le service.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Galle la magnifique

    Sri-Lanka

    Galle la magnifique

    Fondé par les Hollandais en 1663, Fort Galle, dans le sud du Sri Lanka, est un enchantement pour les sens. La vieille ville, où se trouve le fort,... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer