Recherche Voyage

Tout savoir sur le thé

Les feuilles de thé proviennent de l'arbre Camellia sinensis.... (PHOTO MARIE-SOLEIL DESAUTELS)

Agrandir

Les feuilles de thé proviennent de l'arbre Camellia sinensis. Plus de 30 cultivars cohabitent è Darjeeling avec les premiers thériers plantés au XIXe siècle par les Britanniques, importés de Chine et de l'Assam, une province indienne voisine.

PHOTO MARIE-SOLEIL DESAUTELS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le thé est le liquide le plus bu au monde après l'eau. Visiter et séjourner dans une plantation permet de mieux comprendre cette boisson millénaire.

Transformation du thé

Le thé noir de Darjeeling est transformé selon le procédé orthodoxe qui compte cinq étapes.

Flétrissage - Étalées sur une grille de 14 à 17 heures, les feuilles ramollissent et se déshydratent jusqu'à 70%.

Roulage - Des machines roulent les feuilles sur elles-mêmes pour briser leurs cellules et libérer leurs huiles.

Oxydation - Les feuilles sont oxydées dans un milieu très humide, ce qui donne sa couleur au thé noir.

Séchage - On arrête l'oxydation en séchant les feuilles à 120 °C. L'humidité restante n'est que de 2 à 6%.

Triage - Les feuilles sont tamisées et triées selon leur taille, gage du grade.

Plusieurs facteurs influencent le goût du thé, dont le moment de la récolte, qui varie selon les conditions météorologiques. Il y a trois cueillettes principales à Darjeeling.

- Le thé first flush, de premières récoltes, est cueilli de la mi-mars à la mi-mai. L'infusion est dorée et dégage des arômes frais et délicats, souvent herbacés ou floraux.

- Le second flush est récolté de la mi-juin à la mi-juillet. Son précieux liquide est ambré, riche de corps, et offre des notes de muscat ou de fruits mûrs.

- La récolte automnale se déroule en octobre et novembre, après la mousson. Moins délicate, l'infusion a une couleur prononcée et des nuances parfois boisées ou chocolatées.

Thé noir, vert, wulong ou blanc

Même si c'est le thé noir de Darjeeling qui est le plus connu, certains producteurs offrent aussi du thé vert, wulong ou blanc. Tous ces thés proviennent des mêmes arbres. C'est la transformation qui change tout. Les feuilles du thé vert, après avoir été flétries, sont chauffées pour dénaturer les enzymes responsables de l'oxydation, après quoi elles sont roulées, séchées et tamisées. Ainsi, le thé vert n'est pas oxydé. Les feuilles du thé noir, elles, sont oxydées au complet. Le thé wulong, avec une oxydation incomplète, se situe entre les deux. Le thé blanc, quant à lui, est composé de bourgeons de la récolte printanière seulement flétris.

Le rituel de la dégustation

Les échantillons de thé sont alignés sur une table devant une tasse, son couvercle et un bol de porcelaine blanche. Un employé pèse 2,5 g de chaque thé dans une balance avec, pour contrepoids, une pièce désuète de 25 paisas, le quart d'une roupie indienne. Il verse l'eau frémissante sur les feuilles dans la tasse et, couvercle fermé, laisse infuser cinq minutes. Il transvide le précieux liquide dans le bol et dévoile les feuilles infusées en retournant le couvercle. Les feuilles sèches, infusées et l'infusion sont ainsi prêtes à être admirées par les yeux, le nez et les papilles.

Sluuuuurp, sluuuurp

Le gérant qui vous fait visiter la plantation déguste le thé avec un bruit infernal et vous invite à l'imiter? Cette technique, qui consiste à l'aspirer bruyamment, tapisse la bouche de l'infusion et cela favorise la rétro-olfaction. C'est le même principe qui est appliqué lors de la dégustation du vin. Mais avant de tremper vos lèvres dans le thé, n'oubliez pas de humer les feuilles avant et après l'infusion et de sentir les effluves qui s'en dégagent.

Comment y aller

De Montréal, il faut voler jusqu'à Bagdogra ou alors jusqu'à Calcutta, pour s'arrêter là où se brassent les enchères du thé, puis prendre ensuite un vol intérieur vers Bagdogra (1heure) ou le train jusqu'à Siliguri (une dizaine d'heures). De Bagdogra ou Siliguri, c'est à bord d'une jeep, partagée ou nolisée, qu'il faut parcourir les quelque 70 km qui restent pour gagner la ville de Darjeeling (3 heures) ou pour atteindre le jardin de thé de notre choix.

Quand y aller

L'idéal consiste à visiter les jardins de thé lorsqu'ils bourdonnent d'activités, soit pendant les principales récoltes. Au printemps, on s'y rend entre la mi-mars et la fin avril, quand les rhododendrons sont en fleur. À l'automne, ce sera d'octobre à novembre, pour les promesses de ciel d'azur. Pendant ces saisons, la température est plaisante et le ciel, généralement dégagé. La saison des pluies s'étend de juin à septembre environ. Pendant l'hiver, les théiers sont en dormance et l'activité dans les jardins est réduite.

Visa

L'Inde exige un visa touristique (valide 6 mois, 72$). Il faut en faire la demande au moins deux semaines avant de partir.

Info: blsindia-canada.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Parmi les théiers de Darjeeling

    Inde

    Parmi les théiers de Darjeeling

    L'Inde produit plus de 1 million de tonnes de thé par année. Le darjeeling, très recherché, compte pour moins de 1% du lot. Une visite dans un jardin... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer