Golfe Persique: coups de semonce de navires iraniens contre un bateau singapourien

Des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups... (PHOTO MAHDI MARIZAD, ARCHIVES AP/FARS)

Agrandir

Des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups de semonce dans le Golfe persique vers un bateau de commerce battant pavillon singapourien.

PHOTO MAHDI MARIZAD, ARCHIVES AP/FARS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups de semonce dans le golfe Persique vers un bateau de commerce battant pavillon singapourien, qui a réussi à se réfugier à Dubaï aux Émirats arabes unis, ont indiqué jeudi des responsables américains.

Le bateau, l'Alpine Eternity, se trouvait dans les eaux internationales au moment de l'incident, selon ces sources.

Il a réussi à rejoindre les eaux territoriales des Émirats. Des patrouilleurs des Émirats qu'il avait appelés à la rescousse sont arrivés sur place, et les bateaux iraniens ont quitté les lieux, selon ces sources.

Les bateaux iraniens, des patrouilleurs des Gardiens de la Révolution, ont tiré deux salves de coups de semonce contre l'Alpine Eternity, selon ces mêmes sources.

Les autorités de Singapour ont indiqué «mener l'enquête sur cette affaire».

Un navire de combat américain se trouvait à une vingtaine de milles des lieux de l'incident, a indiqué le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone. Il a suivi à la radio l'incident, mais n'a pas été appelé à l'aide et n'est pas intervenu.

Les incidents navals avec l'Iran «sont un sujet de préoccupation pour nous», et «nous continuons de surveiller la situation», a-t-il déclaré.

L'Alpine Eternity est un navire-citerne conçu pour transporter du pétrole et des produits chimiques, selon les sites internet qui répertorient la flotte mondiale.

Le bateau de 180 mètres de long figure dans la flotte de la société de transports pétroliers Transpetrol, selon le site internet de cette société qui a des bureaux en Norvège, en Suisse, en Belgique et aux Bermudes.

Ce nouvel incident illustre les tensions croissantes dans le golfe Persique, qui ont connu un pic fin avril avec l'arraisonnement par les Gardiens de la Révolution d'un porte-conteneurs battant pavillon des îles Marshall, le Maersk Tigris.

Quelques jours avant l'arraisonnement de ce bateau, un autre porte-conteneurs, le Maersk Kensington, avait lui aussi été «harcelé» par des navires des Guardiens de la Révolution pendant 15 à 20 minutes, sans tir de coup de semonce, avant que ceux-ci ne disparaissent.

Suite à ces événements, la Marine américaine avait été chargée de protéger les navires de commerce américains transitant par le détroit d'Ormuz.

Les Américains avaient levé le dispositif au bout de quelques jours.

Les Iraniens avaient justifié l'arraisonnement du Maersk Tigris par un litige commercial entre une société iranienne et Maersk, le géant du transport maritime danois.

Le Maersk Tigris avait été libéré après une dizaine de jours par Téhéran.

Les tensions navales avec l'Iran dépassent le Golfe et le détroit d'Ormuz.

Les Américains surveillent en ce moment la progression du Shahed, un cargo iranien en route pour le Yémen et chargé de 2500 tonnes d'aide humanitaire selon Téhéran.

Les Américains estiment que le navire doit décharger son aide à Djibouti pour que les Nations Unies l'acheminent ensuite vers le Yémen. Les Iraniens veulent décharger le bateau dans un port yéménite.

Le Shahed se trouve actuellement le long des côtes d'Oman, dans le nord de l'océan Indien, selon le Pentagone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer