Les Kurdes syriens progressent dans le centre de Kobané

En plus d'être aidés par les frappes menées... (PHOTO: AFP)

Agrandir

En plus d'être aidés par les frappes menées de la coalition, les combattants kurdes syriens ont reçu l'appui d'une centaine de leurs homologues irakiens, les peshmergas, ainsi que de rebelles syriens, qui combattent à la fois le régime syrien et l'EI.

PHOTO: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Les Kurdes syriens combattant le groupe État islamique (EI) à Kobané ont réalisé mardi de nouveaux progrès, chassant les jihadistes de plusieurs immeubles du centre de la ville et saisissant des armes, a indiqué une ONG.

Cette avancée a eu lieu quelques heures après quatre raids aériens menés par la coalition internationale sur des positions de l'EI au centre de cette ville kurde syrienne, frontalière de la Turquie, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Les combattants kurdes des YPG (Unités de protection du peuple) ont mené une opération spéciale au cours de laquelle ils ont pris six immeubles que l'EI utilisait», a précisé l'OSDH, ajoutant que treize jihadistes avaient été tués.

Les Kurdes «ont saisi une grande quantité d'armes et de munitions, dont des armes légères, des fusils de précision, des munitions pour lance-roquettes et des milliers de munitions pour mitrailleuse lourde», a indiqué l'ONG.

La coalition conduite par les États-Unis a entamé fin septembre des frappes contre les positions jihadistes en Syrie, quelques jours après l'offensive lancée par l'EI contre Kobané et sa région.

Environ 1200 personnes, en majorité des combattants de l'EI, ont été tuées depuis le début des combats dans cette ville devenue le symbole de la résistance contre l'EI, un groupe extrémiste sunnite qui a commis des atrocités en  imposant son interprétation rigoureuse de la Charia dans les zones qu'il contrôle en Syrie comme en Irak.

Le mois dernier, les États-Unis et la Turquie avaient mis en garde contre la chute de Kobané mais des experts estiment maintenant que la bataille commence à tourner en faveur des Kurdes.

En plus d'être aidés par les frappes menées de la coalition, les combattants kurdes syriens ont reçu l'appui d'une centaine de leurs homologues irakiens, les peshmergas, ainsi que de rebelles syriens, qui combattent à la fois le régime syrien et l'EI.

La guerre à multiples facettes qui ravage la Syrie depuis plus de trois ans et demi, et qui a commencé par un mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad, a tué plus de 195 000 personnes et contraint la moitié des vingt millions de Syriens à quitter ses foyers.

Au moins 13 civils, dont deux enfants, ont été tués mardi dans des raids aériens du régime syrien sur des zones tenues par les rebelles dans l'ouest de la province d'Alep.

D'autres raids menés dans la nuit de lundi à mardi par les forces du régime ont tué au moins 14 civils à Al-Bab, une ville contrôlée par l'EI située dans cette même province septentrionale d'Alep, selon l'OSDH.

Le gouvernement syrien a commencé ces derniers mois à mener des raids contre les villes contrôlées par l'EI dans le nord et l'est de la Syrie, mais la plupart des victimes sont des civils.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer