Ukraine: série de perquisitions contre un ex-ministre prorusse

Les enquêteurs ont notamment mené des raids dans... (PHOTO Sergei SUPINSKY, AFP)

Agrandir

Les enquêteurs ont notamment mené des raids dans un grand centre commercial du centre-ville de Kiev et dans les locaux du média Vesti, considéré comme prorusse.

PHOTO Sergei SUPINSKY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KIEV

La police ukrainienne a mené vendredi une série de perquisitions contre des propriétés et des actifs appartenant à un ancien ministre de l'ex-président prorusse Viktor Ianoukovitch, dans le cadre d'une enquête pour corruption qui pourrait atteindre 800 millions de dollars US.

Le procureur militaire ukrainien Anatoli Matios a indiqué que les enquêteurs ont mené 183 perquisitions dans la capitale, Kiev, visant des biens appartenant à Olexandre Klimenko, ancien ministre des Impôts de Viktor Ianoukovitch et aujourd'hui réfugié à Moscou.

Les enquêteurs ont notamment mené des raids dans un grand centre commercial du centre-ville de Kiev et dans les locaux du média Vesti, considéré comme prorusse, dans lesquels M. Klimenko a des parts.

Sur Facebook, Olexandre Klimenko a dénoncé le «banditisme ordinaire» des autorités ukrainiennes, ajoutant qu'elles ont une «logique politique».

Selon le procureur ukrainien, M. Klimenko a ouvert plusieurs entreprises aux Îles Vierges britanniques et à Chypre entre 2011 et 2013 et a utilisé ces comptes bancaires pour blanchir de l'argent volé au budget ukrainien.

Il a ajouté que ce système a permis de faire sortir 788 millions de dollars US du pays, dépensés en appartements de luxe, en voitures ou dans des propriétés commerciales.

«Neuf des suspects sont détenus dans un centre de détention temporaire», a commenté sur sa page Facebook le ministre de l'Intérieur de l'Ukraine, Arsène Avakov. Il a ajouté que les actifs de M. Klimenko seront «gelés jusqu'à la décision du tribunal qui, j'espère, les confisquera au bénéfice de l'État».

Olexandre Klimenko avait fui l'Ukraine dans la foulée du soulèvement du Maïdan, durant l'hiver 2013-2014, qui avait vu l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes en février 2014. Peu après, Olexandre Klimenko avait été placé sur la liste des individus sanctionnés par l'Union européenne, ses biens en Europe étant gelée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer