Catalogne: en cas de «oui» au référendum, indépendance immédiate

«Si une majorité des votes émis est en... (REUTERS)

Agrandir

«Si une majorité des votes émis est en faveur de la création d'une république catalane, il faudra évidemment et immédiatement déclarer l'indépendance», a dit une élue régionale de la CUP (extrême gauche, séparatiste), Gabriela Serra.organiser le référendum.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Barcelone

La coalition au pouvoir dans la région espagnole de Catalogne a assuré mardi que le référendum d'autodétermination qu'elle entend organiser en octobre serait suivi d'effet et qu'elle déclarerait immédiatement l'indépendance si le «oui» l'emportait.

«Si une majorité des votes émis est en faveur de la création d'une république catalane, il faudra évidemment et immédiatement déclarer l'indépendance», a dit une élue régionale de la CUP (extrême gauche, séparatiste), Gabriela Serra, lors de la présentation - par un groupe d'élus indépendantistes de tous bords - de la loi qui servira à organiser le référendum.

Cette loi «établira un régime juridique exceptionnel», avait précisé un peu plus tôt l'élu Jordi Orobitg de la coalition «Ensemble pour le oui» (Junts pel si), composée de séparatistes de droite et de gauche.

«Elle prévaudra sur les autres normes», a expliqué un autre élu de cette coalition, Lluis Corominas. Pour les séparatistes, cette loi sera au-dessus de la Constitution espagnole, car, comme l'indiquera son article 2, le «peuple de Catalogne est un sujet politique souverain».

Le texte prévoit aussi la mise en place d'une autorité électorale indépendante chargée d'organiser et de superviser le scrutin. La loi sera en principe soumise au vote des députés catalans fin août.

Le gouvernement catalan est dirigé depuis début 2016 par une coalition séparatiste qui a promis de mener la région vers l'indépendance. En septembre, le président régional catalan Carles Puigdemont catalan avait annoncé qu'un référendum d'autodétermination serait organisé dans ce but, désormais prévu le 1er octobre.

Le gouvernement espagnol du conservateur Mariano Rajoy est fermement opposé à ce référendum, estimant qu'une question relative à la souveraineté nationale doit être débattue par l'ensemble des Espagnols.

Il a saisi la Cour constitutionnelle, qui l'a déclaré illégal. En février, la Cour avait en outre fait savoir à l'exécutif catalan que toute action en ce sens serait passible de poursuites.

La société catalane est elle-même profondément divisée: 48,5% des Catalans sont contre la sécession, 44,3% pour, selon un récent sondage d'un institut dépendant du gouvernement catalan. Mais une très large majorité, plus de 70%, aimerait trancher la question par un référendum.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer