Madrid, recouverte d'arc-en-ciels, lance sa WorldPride

Des gens se rassemblent mercredi soir à Chueca, le... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des gens se rassemblent mercredi soir à Chueca, le quartier gai de Madrid.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Madrid

La ville de Madrid a officiellement lancé les festivités mondiales des Fiertés lesbiennes, gai, bi et trans (LGBT) par des concerts et un rassemblement au coeur de Chueca, le quartier gai de la capitale.

La WorldPride, organisée dans une ville différente depuis 2000 et qui se veut le plus grand rassemblement LGBT du monde, ont été inaugurées vers 20h30 sur une place de Chueca, où des milliers de personnes ont crié «égalité, égalité, égalité», et entonné A quien le importa, («Qui cela regarde?»).

A quien le importa de la chanteuse espagnole Alaska, est l'une des chansons emblématiques de la Movida - ce mouvement culturel marqué par l'explosion de libertés des années 1980.

L'Espagne, après la longue dictature conservatrice de Francisco Franco (1939-1975) devint alors l'un des pays pionniers en matière de diversité sexuelle, le troisième à légaliser le mariage entre personnes du même sexe en 2005.

«Il n'y a pas si longtemps on ne pouvait se déclarer gai, cela supposait beaucoup de problèmes et c'est ce que l'on célèbre aujourd'hui, nous n'avons plus besoin de nous cacher», confiait avec joie Alberto Paredes, 55 ans, traumatologue du nord de l'Espagne venu avec son compagnon.

Lui n'a pu faire son coming out qu'à 38 ans, après avoir déménagé à Madrid.

Tout autour de lui des milliers de gai et hétéros faisaient la fête mercredi, affichant des accessoires arc-en-ciel - chapeaux, drapeaux, couronnes, bracelets...

La célébration était entourée de mesures de sécurité extraordinaires alors que l'Europe vit une vague d'attentats islamistes: rues bouclées à la circulation des véhicules, policiers à tous les carrefours, interdiction de poids-lourds. Elle a même démarré par un message de recommandations au public en cas d'évacuation.

Mercredi soir, il y a aussi eu dans le quartier populaire de Lavapies, une marche des fiertés «critique», et contre le marketing des entreprises et sponsors, qui visent de gros consommateurs potentiels.

«Le collectif LGBTI est utilisé comme une niche de marché pour que des multinationales et commerces puissent vendre plus», déplorait un étudiant de 18 ans, serre-tête rose sur le crâne rasé, demandant qu'on le présente seulement avec l'initial «I».

«Nous, aujourd'hui, nous commémorons vraiment ce que firent les femmes trans à Stonewall, le 28 juin 1969, qui furent les premières à lancer le mouvement pour les droits LGBT» dans le monde, confiait Maria Jose, 17 ans, cheveux ultra-longs, au milieu d'un groupe de jeunes androgynes.

Pour la première fois ce soir-là des travestis et de jeunes prostitués qui fréquentaient le Stonewall Bar se sont rebellés contre le harcèlement policier.

La WorlPride se termira samedi par une grande parade dans le centre, où sont attendues plus d'un million de personnes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer