«Je vais vous sortir du pétrin», assure May aux conservateurs

De nombreux analystes estiment que Theresa May pourrait... (AP)

Agrandir

De nombreux analystes estiment que Theresa May pourrait être contrainte d'abandonner l'idée d'un Brexit «dur» et de devoir maintenir le pays dans l'union douanière et le marché unique européen.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maureen COFFLARD
Agence France-Presse
Londres

La première ministre britannique Theresa May a tenté de désamorcer la fronde des députés conservateurs lors d'une réunion des Tories au Parlement, quatre jours après les élections législatives qui l'ont vu perdre sa majorité absolue à la Chambre de Communes.

«Je vous ai mis dans ce pétrin, je vais vous en sortir», a assuré Theresa May aux députés qui l'avaient accueillie en frappant sur les tables pendant une trentaine de secondes en signe d'approbation.

La première ministre se présentait dans une position fragilisée pour avoir convoqué des élections législatives anticipées, et mené une campagne jugée désastreuse qui a abouti à la perte de sa majorité absolue.

Alors que plusieurs personnalités politiques ont réclamé sa démission au lendemain des résultats, et que la solidarité autour de Theresa May ne semblait que de façade ces derniers jours, son leadership n'a pas été remis en cause, selon plusieurs députés conservateurs présents lors de la réunion.

«Elle a gagné, elle doit rester première ministre», a soutenu l'un d'eux à la sortie de la réunion.

Discours de la Reine 

La cheffe du gouvernement a évoqué les négociations avec le parti nord-irlandais ultra-conservateur DUP, menées en vue de constituer une majorité absolue au parlement.

Elle a affirmé que le DUP n'aurait aucune influence sur la politique de reconnaissance des droits des homosexuels ou sur la neutralité du gouvernement britannique en Irlande du Nord, deux sujets qui avaient déclenché de nombreuses critiques dans l'opposition.

Cette réunion s'est tenue peu de temps après l'annonce, faite par la BBC, que la cérémonie d'ouverture du Parlement, prévu lundi prochain et à l'occasion duquel la Reine lit le programme législatif du gouvernement, serait retardé de quelques jours.

Le vice-premier ministre Damian Green a confirmé cette éventualité en évoquant les discussions en cours entre le gouvernement et le DUP. «Tant que nous ne l'aurons pas (l'accord avec le DUP, ndlr), nous ne pourrons pas convenir des derniers détails du discours de la Reine», a-t-il affirmé.

Ce discours est généralement suivi de plusieurs jours de débat, avant un vote des députés, qui fait office de vote de confiance.

Dans le cadre de ces négociations, Mme May doit rencontrer la cheffe du DUP Arlene Foster mardi à Londres.

Le ministre en charge du Brexit David Davis, qui avait apporté son soutien à Mme May et a été reconduit dans ses fonctions, a concédé que «certains éléments du programme» des Tories allaient «être éliminés».

Sur le Brexit en revanche, rien n'a changé selon M. Davis, qui a affirmé qu'une sortie du marché unique européen était nécessaire «pour reprendre le contrôle» des frontières britanniques.

De nombreux analystes cependant estiment que Mme May pourrait être contrainte d'abandonner l'idée d'un Brexit «dur» et de devoir maintenir le pays dans l'union douanière et le marché unique européen.

Pour le directeur général du géant de la publicité WPP, Martin Sorrell, cité par le quotidien économique gratuit City A.M., le résultat de ces élections a «paradoxalement» renforcé les chances d'avoir un Brexit «doux».

Visite à Macron

Brexit dur, doux ou pas d'accord... Selon Carolyn Fairbairn, directrice générale du CBI, principale organisation patronale du pays, la seule certitude est que «la probabilité d'avoir un bon accord pour le Royaume-Uni s'est éloignée», a-t-elle écrit dans le Financial Times.

Le nouveau gouvernement de Theresa May, marqué par la reconduction de ses principaux ministres ainsi que le retour du pro-Brexit Michael Gove en tant que ministre de l'Environnement, s'est réuni lundi après-midi.

La nomination de M. Gove est une tentative de la première ministre d'éviter un putsch, selon le Daily Telegraph. Ce dernier s'était fait évincer par Mme May de son poste de ministre de la Justice lors de son arrivée au pouvoir en juillet dernier, pour des questions de rivalités internes au parti.

À quelques jours de l'ouverture des négociations officielles sur les conditions de divorce du Royaume-Uni et de l'UE, Mme May doit rencontrer le président français Emmanuel Macron mardi à Paris.

Le nouveau Parlement britannique se réunira mardi pour élire son président, avant la cérémonie d'ouverture solennelle le lundi 19 juin si la date est maintenue.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer