La Moldavie expulse cinq diplomates russes

Une parade de soldats lors d'une fête nationale... (PHOTO AFP)

Agrandir

Une parade de soldats lors d'une fête nationale à Tiraspol, capitale de la Transnistrie, région russophone qui a fait sécession de la Moldavie et où se trouvent des milliers de soldats russes.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chisinau

Le ministère moldave des Affaires étrangères a ordonné l'expulsion de cinq diplomates russes du pays, sans en préciser la raison, mais suscitant immédiatement la réprobation du président prorusse Igor Dodon.

La diplomatie moldave a notifié sa décision dans l'après-midi à l'ambassadeur russe Farit Moukhametchine, selon un collaborateur du ministère. M. Moukhametchine a confirmé avoir reçu la note, sans faire de commentaire.

Les diplomates russes ont 72 heures pour quitter le pays, selon le président moldave prorusse Igor Dodon, qui a condamné la décision de son gouvernement. Il l'a qualifiée de «provocation» et l'a attribuée aux partisans d'une intégration de cette ex-république soviétique à l'Union européenne.

«Je suis profondément révolté par cet acte inamical de la part des représentants de la diplomatie moldave et je le condamne de la manière la plus ferme», a déclaré M. Dodon dans un communiqué.

Cette décision «a probablement été prise sur ordre de l'Occident», a-t-il ajouté, craignant des «conséquences négatives» pour les relations entre Moscou et Chisinau.

«Il y aura, bien entendu, une réponse (de la part de Moscou). Et elle sera très dure», a pour sa part réagi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine, qualifiant cette décision de la diplomatie moldave de «provocation grossière».

L'identité des diplomates incriminés n'a pas été rendue publique mais cette mesure fait suite à des accusations qui ont visé en mars Alexandre Groudine, un conseiller de l'attaché militaire russe en Moldavie.

M. Groudine est accusé d'avoir obtenu des informations sensibles d'un ancien député moldave, Iouri Bolbochane, par la suite arrêté et inculpé pour «trahison».

La Moldavie est partagée entre partisans d'un rapprochement avec la Russie, qui ont porté à la présidence à la fin de l'année dernière Igor Dodon, et partisans d'une intégration à l'Union européenne, parmi lesquels figurent des membres du gouvernement actuel.

M. Dodon entretient de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine. Il était ainsi le seul dirigeant étranger présent lors de la traditionnelle parade de la victoire à Moscou le 9 mai cette année.

M. Dodon a évoqué son intention de renégocier l'accord de libre-échange signé en 2014 avec l'Union européenne en faveur d'un rapprochement avec Moscou, provoquant l'ire des politiciens pro-européens du pays.

Des milliers de soldats russes sont présents dans la région russophone de Transnistrie, qui a fait sécession de la Moldavie au début des années 1990, après l'effondrement de l'Union soviétique.

L'Estonie, autre ex-république soviétique, a décidé vendredi l'expulsion de son territoire de deux diplomates russes, une décision qualifiée de «provocante et arbitraire» par Moscou.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer