Référendum en Turquie: l'UE presse Erdogan de chercher un «consensus national»

«Nous encourageons la Turquie à prendre en compte... (Photo Petros Karadjias, AP)

Agrandir

«Nous encourageons la Turquie à prendre en compte les inquiétudes et les recommandations du Conseil de l'Europe, y compris au sujet de l'état d'urgence», demande l'Union européenne au président Recep Tayyip Erdogan.

Photo Petros Karadjias, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BRUXELLES

L'Union européenne (UE) a appelé dimanche le gouvernement turc à rechercher le «consensus national le plus large possible» après la courte victoire du «oui» au référendum accordant des pouvoirs accrus au président Recep Tayyip Erdogan.

«Au vu du résultat serré du référendum et des implications profondes des amendements constitutionnels, nous appelons (...) les autorités turques à rechercher le consensus national le plus large possible dans leur mise en oeuvre», écrivent dans un communiqué commun le président de la Commission de l'UE, Jean-Claude Juncker, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et le responsable de l'élargissement de l'UE, Johannes Hahn, l'opposition turque craignant de son côté une dérive autoritaire.

Le président Erdogan a placé les relations avec l'UE au coeur de la campagne, critiquant Bruxelles pour l'absence de progrès dans les discussions en vue de l'intégration de la Turquie et usant du qualificatif de «nazi» à l'égard de l'Allemagne et des Pays-Bas, qui ont interdit les rassemblements électoraux aux communautés turques sur leur territoire.

«Les amendements constitutionnels, et particulièrement leur application concrète, seront évalués à la lumière des obligations de la Turquie en tant que candidate à l'Union européenne et en tant que membre du Conseil de l'Europe», ajoute le communiqué.

Le communiqué signale encore que l'UE «attend l'évaluation» des observateurs internationaux «quant aux irrégularités évoquées» par l'opposition turque dans le scrutin.

«Nous encourageons la Turquie à prendre en compte les inquiétudes et les recommandations du Conseil de l'Europe, y compris au sujet de l'état d'urgence», poursuit le communiqué de l'UE.

Le Conseil de l'Europe, qui comprend les 28 membres de l'Union européenne et la plupart des autres pays européens, suit notamment l'évolution des droits de l'homme, autre sujet conflictuel avec la Turquie, l'UE ayant signifié à plusieurs reprises à Ankara son inquiétude sur les purges massives déclenchées par le président Erdogan après le coup d'État manqué de juillet.

Dans un communiqué en son nom, le Conseil de l'Europe a également réagi dimanche soir au résultat de ce référendum, demandant à Ankara d'«envisager les prochaines étapes avec prudence» et de respecter l'indépendance du pouvoir judiciaire.

«Étant donné le résultat serré, le pouvoir turc doit envisager les prochaines étapes avec prudence», a mis en garde le secrétaire général de l'organisation paneuropéenne, Thorbjørn Jagland.

«Il est de la plus grande importance de garantir l'indépendance du système judiciaire conformément au principe de l'État de droit inscrit dans la Convention européenne des droits de l'Homme», a insisté M. Jagland.

De son côté, le premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, a été beaucoup plus direct sur son compte Twitter, estimant «étrange que la démocratie serve à limiter la démocratie».

«Je ne remets pas en cause le droit de la majorité, mais je suis assez préoccupé par la nouvelle réforme constitutionnelle en Turquie», a ajouté le chef du gouvernement danois.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer