L'attentat de Londres fait une cinquième victime

Andreea Cristea visitait Londres avec son compagnon Andrei... (PHOTO AP/FOURNIE PAR LA POLICE MÉTROPOLITAINE)

Agrandir

Andreea Cristea visitait Londres avec son compagnon Andrei Burnaz lorsqu'elle a été renversée alors qu'elle se trouvait sur le pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben.

PHOTO AP/FOURNIE PAR LA POLICE MÉTROPOLITAINE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine POLLEZ
Agence France-Presse
LONDRES

L'attentat commis à Londres le 22 mars a fait une cinquième victime, avec le décès annoncé vendredi par la police de Andreea Cristea, une jeune Roumaine qui était tombée dans la Tamise lors de l'attaque.

L'appareil qui la maintenait en vie à l'hôpital a été retiré jeudi, a annoncé Scotland Yard.

Âgée de 31 ans, Andreea Cristea visitait Londres avec son compagnon Andrei Burnaz le jour de l'attentat. Il avait prévu de la demander en mariage le jour même, d'après l'ambassadeur roumain Dan Mihalache.

« Il n'y a pas de mots pour tenter de décrire la terrible peine et la douleur qui s'empare de nos coeurs », a dit sa famille dans une déclaration jointe au communiqué de la police.

Andreea Cristea avait été renversée alors qu'elle se trouvait sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise face à Big Ben.

L'auteur de l'attentat, Khalid Masood, Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait fauché des piétons en lançant sa voiture de location sur le trottoir du pont, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement.

L'attaque avait tué Leslie Rodhes, un laveur de carreaux à la retraite de 75 ans, Aysha Frade, employée administrative dans une école âgée de 44 ans, et Kurt Cochran, un touriste américain de 54 ans.

Khalid Masood avait ensuite porté plusieurs coups de couteau à Keith Palmer, un policier stationné devant l'une des entrées du Parlement de Westminster. L'assaillant avait ensuite lui-même été tué par balle par un policier.

Rien sur l'enquête

« Après s'être battue pour la vie pendant plus de deux semaines, notre Andreea bien aimée, irremplaçable - une fille, une soeur, une compagne et une amie dévouée et merveilleuse, une personne unique et qui aimait la vie - nous a été brutalement et cruellement enlevé, de la manière la plus impitoyable et la plus lâche qui soit », ont déclaré sa famille et son compagnon.

« Nous nous souviendrons toujours d'elle comme un rayon de soleil qui brillera dans nos coeurs », ont-ils ajouté, précisant que l'argent collecté pour sa convalescence serait donné à une association caritative.

Des images de l'attaque, qui a fait également une cinquantaine de blessés, montrent la voiture de Khalid Masood monter sur le trottoir du pont de Westminster et Andreea Cristea tomber dans le fleuve en contre-bas.

Après avoir été repêchée et transportée à l'hôpital en urgence, elle avait subi une opération chirurgicale pour un caillot de sang au cerveau.

Son compagnon avait été opéré pour une jambe cassée, avant de quitter l'hôpital. Il avait pu assister à une veillée d'hommage sur le pont de Westminster le lendemain de l'attentat.

En fauteuil roulant, Andrei Burnaz avait été amené jusqu'au lieu de l'attaque, où il avait déposé une rose.

Mercredi, le prince William, son épouse Kate et son frère, le prince Harry, ont rencontré les survivants et les familles des victimes lors d'une cérémonie à l'abbaye de Westminster.

Concernant l'enquête, la police n'a donné aucun élément vendredi.

Les douze personnes qui avaient été arrêtées ont toutes été relâchées sans poursuites, la dernière dimanche.

L'attentat a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI) mais Scotland Yard a dit la semaine dernière ne pas avoir « trouvé de preuve d'une association » de Masood avec l'EI ou Al-Qaïda, ni de preuve qu'il s'était radicalisé en prison.

L'homme avait cependant « clairement un intérêt pour le djihad », avait précisé un responsable de l'antiterrorisme, Neil Basu.

« Il est possible que nous ne comprenions jamais pourquoi il a fait ça », avait-il ajouté, alors que des milliers de témoins ont été mis à contribution et des milliers de documents saisis.

Entre 1983 et 2003, Adrian Russell Ajao, alias Adrian Elms, alias Khalid Masood avait été plusieurs fois condamné pour agressions, détention illégale d'armes et trouble à l'ordre public.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer