La Turquie renonce aux rallyes électoraux en Allemagne

L'Allemagne compte la plus forte diaspora turque au... (PHOTO AFP)

Agrandir

L'Allemagne compte la plus forte diaspora turque au monde.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Berlin

Le parti au pouvoir en Turquie a annulé mardi les rallyes favorables au président Erdogan programmés en Allemagne d'ici au référendum du 16 avril, un geste d'apaisement après plusieurs semaines d'une crise aiguë entre les deux pays qui laissera des traces.

«Toutes les manifestations prévues à l'avenir ont été annulées», a déclaré une porte-parole de la «cellule de coordination» à l'étranger de l'AKP, la formation du président Recep Tayyip Erdogan.

La décision «a été prise à Ankara», précise cette représentation de l'AKP basée à Cologne, dans une Allemagne qui compte la plus forte diaspora turque au monde, dont 1,4 million d'électeurs.

Parallèlement, l'Union des démocrates turcs européens (UETD), organisation proche de l'AKP à l'initiative des plus grandes réunions électorales pro-Erdogan en Allemagne des dernières semaines, a annoncé qu'elle n'organiserait «aucune nouvelle manifestation» impliquant des ministres turcs d'ici au référendum visant à étendre les pouvoirs de M. Erdogan.

«Plus de calme»

Cette décision a été prise pour des raisons de sécurité, les locaux de l'UETD ayant fait l'objet «à onze reprises» d'attaques de la part «de groupes extrémistes comme le PKK», le Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit, a affirmé le prédisent de l'Union, Zafer Sirakaya, au magazine allemand Wirtchaftswoche.

«Ca laisse espérer que les (électeurs) turcs en Allemagne vont pouvoir réfléchir avec un peu plus de calme», a déclaré Sigmar Gabriel, le ministre des Affaires étrangères, au quotidien populaire Bild.

Ces annonces interviennent après des semaines de bras de fer entre la Turquie et plusieurs pays européens, dont l'Allemagne. Et au lendemain de menaces de la chancelière Merkel d'interdire tout rallye aux responsables turcs après avoir été accusée de «pratiques nazies» par M. Erdogan.

«Nous n'allons pas tolérer que la fin justifie toujours les moyens et que tous les tabous tombent sans respect pour la souffrance de ceux qui ont été poursuivis et assassinés durant le national-socialisme», a répliqué lundi la dirigeante.

Reconnaissance du génocide arménien par les députés allemands l'an dernier, critiques répétées de Berlin contre M. Erdogan, Ankara accusant Berlin de protéger des «terroristes» kurdes : les relations germano-turques sont depuis l'été 2016 très tendues.

Autre signe de ces tensions : le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et l'agence DPA citant un document du ministère de l'Economie, affirment mardi soir que Berlin a bloqué depuis «début 2016 onze exportations (...) d'armes de poing, de munitions ou de composants d'armement», invoquant «une attention particulière accordée aux droits de l'homme dans les décisions d'exportations d'armes».

Et dernièrement, la Turquie s'est emparée de l'annulation de réunions électorales pro-Erdogan en Allemagne pour repartir à l'assaut. 

L'Autriche à son tour 

Les Pays-Bas se sont aussi opposés à la venue sur le sol de responsables turcs pour faire campagne.

Et mardi l'Autriche, où des réunions de responsables AKP ont été annulées, a annoncé vouloir soumettre la semaine prochaine au Parlement un projet de loi permettant d'interdire à des politiques étrangers d'intervenir dans des rallyes électoraux.

Car malgré le signal de détente en Allemagne, le président Erdogan ne renonce pas à sa rhétorique belliqueuse. Face à l'Europe «anti-turque et anti-islamique», il a appelé mardi à voter «oui» au référendum, dont l'issue s'annonce serrée.

Mardi, les autorités turques ont convoqué le chargé d'affaires allemand à Ankara pour protester contre le fait que le patron des Renseignements extérieurs allemands ait exprimé des doutes sur l'implication du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir fomenté le putsch raté contre M. Erdogan de juillet dernier.

Malgré tout, Berlin s'efforce de calmer le jeu avec la Turquie.

Après avoir accueilli plus d'un million de migrants depuis 2015, l'Allemagne a grand besoin d'Ankara pour freiner le flux de réfugiés vers l'Europe, dans le cadre du pacte UE-Turquie.

Les Allemands craignent que l'escalade fasse le jeu du président Erdogan pour mobiliser son opinion dans la perspective du référendum, où les Turcs de Turquie comme ceux de l'étranger peuvent voter.

Cette crise devrait avoir un impact durable sur les chances de la Turquie d'entrer dans l'UE, alors que les négociations sont au point mort. Même à gauche, où se trouvaient les partisans d'une adhésion, plus grand monde ne soutient cette perspective.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer