La crise diplomatique empire entre les Pays-Bas et la Turquie

Des camions de police protègent l'ambassade des Pays-Bas... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des camions de police protègent l'ambassade des Pays-Bas en Turquie, située à Ankara.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Istanbul

La Turquie, furieuse de voir ses ministres privés de rassemblements électoraux en Europe, a encore durci la crise diplomatique, refusant le retour à Ankara de l'ambassadeur néerlandais et accusant la chancelière allemande Angela Merkel de «soutenir le terrorisme».

Les Pays-Bas sont dans le viseur du président turc Recep Tayyip Erdogan après leur décision d'empêcher deux ministres turcs de participer sur le sol néerlandais à des rallyes en sa faveur avec la diaspora turque, avant un référendum sur le statut présidentiel.

Après avoir qualifié de «nazis» les dirigeants néerlandais, Ankara est passé lundi soir aux mesures concrètes: la Turquie, a déclaré son vice-premier ministre Numan Kurtulmus, refuse le retour de l'ambassadeur Kees Cornelis van Rij «jusqu'à ce que les conditions (...) posées soient remplies». Et d'annoncer la suspension des relations au plus haut niveau avec les Pays-Bas.

Il a précisé que la Turquie souhaitait une enquête sur les évènements des derniers jours, dont le recours à des policiers à cheval et à des chiens pour rétablir l'ordre après une manifestation devant le consulat turc à Rotterdam. Ankara veut aussi que les Pays-Bas réparent «les torts qu'ils ont commis», a-t-il dit sans plus de précision.

La responsable de la diplomatie européenne Federica Mogherini a jugé «essentiel d'éviter une nouvelle escalade et de trouver les moyens de calmer la situation». Le département d'État américain a également exhorté à «éviter l'escalade».

La tension a aussi grimpé ces derniers jours avec l'Allemagne, où plusieurs villes ont refusé la tenue de rallyes électoraux turcs.

Lundi, M. Erdogan s'en est pris directement à la chancelière Angela Merkel, accusée de «soutenir les terroristes». «Mme Merkel, pourquoi cachez-vous des terroristes dans votre pays? Pourquoi n'agissez-vous pas?», a lancé le président turc à la télévision.

Cette diatribe était destinée à dénoncer le «soutien» qu'apporterait Berlin, selon lui, à des militants de la cause kurde et à des suspects recherchés pour le coup d'État manqué du 15 juillet dernier, en leur offrant refuge.

Mme Merkel a jugé ces propos «aberrants». «La chancelière n'a pas l'intention de participer à un concours de provocations», a déclaré son porte-parole Steffen Seibert.

Dans son allocution, M. Erdogan a également accusé l'Allemagne de «nazisme», une critique du soutien de Mme Merkel à son homologue néerlandais Mark Rutte dans le bras de fer avec Ankara.

Une voiture parée du drapeau turc circule dans... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Une voiture parée du drapeau turc circule dans le centre-ville de Rotterdam.

REUTERS

«Désescalade»

Ankara est un partenaire stratégique de l'UE, notamment dans la gestion de l'afflux de migrants vers l'Europe.

Mais à la lumière de la crise actuelle, le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik a évoqué lundi un «réexamen» du pacte sur la lutte contre l'immigration conclu il y a un an avec l'Europe.

La crise a été déclenchée par le refus des Pays-Bas d'autoriser samedi une visite du chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, suivi de l'expulsion de la ministre de la Famille Fatma Betül Sayan Kaya.

Ils devaient participer à des rallyes pour convaincre l'importante diaspora turque de voter «oui» lors du référendum du 16 avril.

La présence d'hommes politiques turcs à de tels rassemblements a donné lieu ces dernières semaines à des passes d'armes entre Ankara et plusieurs capitales européennes.

Le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a lui aussi appelé lundi la Turquie et les pays européens, tous membres de l'Alliance atlantique, à une «désescalade des tensions».

Dans ce contexte extrêmement tendu, les Pays-Bas ont appelé lundi leurs ressortissants en Turquie à rester «vigilants», après un week-end marqué par des manifestations devant les représentations diplomatiques néerlandaises en Turquie.

Le ministère turc des Affaires étrangères à convoqué le chargé d'Affaires néerlandais lundi matin et lui a remis deux lettres de protestation contre «le traitement infligé aux ministres et aux citoyens turcs aux Pays-Bas».

De l'avis de Soner Cagaptay, analyste spécialiste de la Turquie au Washington Institute, «Erdogan se cherche des ennemis étrangers imaginaires pour courtiser sa base nationaliste à l'approche du référendum», et «les Néerlandais sont tombés dans ce piège».

«C'est le bal des hypocrites. On prétend que les négociations d'adhésion (de la Turquie à l'UE) existent encore, mais c'est faux. Il n'y a rien de pire que la situation actuelle. Elle laisse le populisme d'Erdogan s'exprimer», déplore Didier Billon, de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris.

Cette crise survient quelques jours avant les élections législatives prévues mercredi aux Pays-Bas, où le parti du député islamophobe Geert Wilders est donné en deuxième place par les sondages.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer