Attentat déjoué en France, 4 arrestations dont une adolescente

Des perquisitions ont permis aux enquêteurs de découvrir... (AFP, SYLVAIN THOMAS)

Agrandir

Des perquisitions ont permis aux enquêteurs de découvrir du TATP, un explosif artisanal puissant prisé des djihadistes, ainsi que tout le nécessaire pour confectionner des engins explosifs.

AFP, SYLVAIN THOMAS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gregory DANEL
Agence France-Presse
PARIS

Les autorités françaises ont assuré vendredi avoir déjoué un projet d'attentat «imminent» après l'arrestation de quatre personnes à Montpellier, dont une mineure de 16 ans, une semaine après l'attaque à la machette de militaires près du musée du Louvre.

Ce coup de filet «a permis de déjouer un projet d'attentat imminent sur le sol français», a affirmé dans un communiqué le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux. Une source proche du dossier a précisé que les enquêteurs n'avaient pas pu déterminer la cible de l'attentat.

«Les enquêteurs pensent qu'un passage à l'acte était prévu, mais on ne sait pas où ni comment», a indiqué une source proche du dossier.

«La volonté de passer à l'acte et de confectionner plusieurs engins explosifs semble matérialisée», a-t-on indiqué de source policière. «Les quatre suspects, âgés de 16, 20, 26 et 33 ans, ont été arrêtés après qu'ils aient acheté de l'acétone», pouvant servir à la confection d'un engin explosif, a expliqué une autre source policière.

Parmi eux, une jeune fille de 16 ans avait été repérée sur les réseaux sociaux, après avoir exprimé la volonté de partir en zone syro-irakienne ou bien de frapper la France. «L'un de ses mentors était un des objectifs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)», les services de renseignement français, a ajouté cette source policière.

Selon les premiers éléments dont disposent les enquêteurs, cet homme, qui fait partie des suspects interpellés, aurait projeté de «se faire exploser».

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont découvert du TATP - un explosif artisanal puissant mais très instable, prisé des djihadistes - ainsi que tout le nécessaire pour confectionner des engins explosifs: de l'acétone, de l'eau oxygénée, des seringues et des gants de protection, a précisé une source judiciaire.

Longtemps négligées par les services de renseignement, les jeunes femmes sont désormais considérées comme potentiellement aussi dangereuses que les hommes, notamment depuis l'arrestation en septembre 2016 en région parisienne d'un commando de femmes, après la découverte de bonbonnes de gaz dans une voiture à Paris.

«La menace demeure»

La France, placée sous un régime d'état d'urgence depuis les attentats djihadistes de 2015 et 2016, qui ont fait 238 morts, fait toujours face à une menace terroriste «très élevée». Le pays est notamment visé car il fait partie des nations intervenant en Syrie contre le groupe djihadiste État islamique.

Le premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé vendredi le «niveau de menace terroriste extrêmement élevé» en France.

Le 3 février, un Égyptien de 29 ans avait attaqué, une machette dans chaque main, une patrouille de militaires dans la très touristique galerie du carrousel du musée du Louvre à Paris, en criant «Allah Akbar» (Dieu est le plus grand, en arabe). Il avait été grièvement blessé par les tirs de riposte des soldats.

Dans ses déclarations, le suspect a expliqué vouloir «s'attaquer à un symbole de la France en réaction aux frappes de la coalition internationale qui touchent les frères en Syrie», tout en assurant qu'il ne voulait que dégrader des oeuvres dans le musée du Louvre, le plus fréquenté au monde.

Réagissant à cette attaque, le président François Hollande avait appelé la France à faire face à la menace terroriste. «Elle est là, elle demeure et nous devons y faire face» et «c'est la raison pour laquelle nous avons mobilisé autant de moyens et nous continuerons à le faire autant de temps qu'il sera nécessaire», avait rappelé le chef de l'État.

De nombreux attentats ou projets ont été déjoués ces derniers mois. Le 13 décembre, le ministre de l'Intérieur avait fait état de «pas moins de 13 tentatives impliquant plus d'une trentaine d'individus», dont des femmes et mineurs, depuis l'attentat de Nice du 14 juillet. Quatre-vingt-six personnes avaient alors été tuées et plus de 400 blessés lorsqu'un camion s'était jeté sur la foule, le soir de la fête nationale.

Fin novembre, quatre Français et un Marocain, soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat en région parisienne et qui avaient fait allégeance à l'EI, ont été inculpés et emprisonnés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer