L'arme retrouvée en Italie sur Amri est celle de l'attentat de Berlin

La comparaison balistique a permis de déterminer avec... (Tobias SCHWARZ, archives AFP)

Agrandir

La comparaison balistique a permis de déterminer avec certitude que la même arme a été utilisée pour tuer le chauffeur de camion polonais dont le véhicule a été utilisé pour foncer dans un marché de Noël à Berlin.

Tobias SCHWARZ, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Anis Amri, auteur présumé de l'attentat de Berlin, a blessé un policier à Milan avec la même arme que celle qui a tué le chauffeur polonais du camion utilisé pour l'attaque, a révélé mercredi la police italienne.

« L'arme qui a tué le chauffeur du camion de l'attaque de Berlin est la même que celle utilisée par Anis Amri pour blesser un policier à Milan, » a indiqué la police scientifique dans un communiqué. Une enquête est en cours pour savoir si cette arme a été utilisée « dans d'autres affaires criminelles, en Italie ou ailleurs ».

Le Tunisien de 24 ans a donc traversé une partie de l'Europe avec cette arme pour finalement s'en servir et blesser à l'épaule un policier italien avant d'être abattu à Milan le 23 décembre vers 3 h du matin.

En Allemagne, les enquêteurs s'intéressent de près à un Tunisien de 26 ans avec lequel Anis Amri a dîné la veille de l'attentat dans un restaurant de Berlin et qui a été placé en détention dans le cadre d'une autre affaire. 

Les deux hommes, qui se connaissaient depuis un an environ, « ont discuté de manière très intensive », a dit la porte-parole du Parquet fédéral allemand. 

« De là, nous avons eu le soupçon que ce Tunisien de 26 ans pourrait avoir été associé (à l'attaque) ou au moins avoir eu connaissance du projet d'attentat d'Anis Amri », a ajouté Frauke Köhler, précisant cependant que les éléments étaient à l'heure actuelle insuffisants pour justifier une procédure à son encontre.

L'homme, hébergé dans le foyer de demandeurs d'asile perquisitionné mardi, a été placé en détention provisoire pour une fraude présumée aux prestations sociales. En 2015, il avait fait l'objet d'une enquête, abandonnée ensuite faute d'éléments, car il était soupçonné de chercher à se procurer des explosifs.

L'itinéraire d'Amri aux Pays-Bas et en Belgique

Le Parquet fédéral allemand, compétent en matière de terrorisme, a également annoncé qu'une perquisition avait eu lieu dans un appartement de Berlin où logeait un ancien colocataire de l'auteur présumé de l'attentat.

Par ailleurs, si l'enquête internationale a réussi à préciser la semaine dernière qu'Amri avait transité au cours de sa cavale par les Pays-Bas, la France et l'Italie, en empruntant cars et trains, la police allemande n'a toujours pas pu déterminer par quelle voie il a quitté l'Allemagne.

Les enquêteurs allemands savent cependant que peu après l'attentat, Anis Amri est passé « dans la zone de la gare de Zoologischer Garten », à deux pas du marché de Noël, et qu'il a sciemment adressé à une caméra de vidéosurveillance « un doigt de tawhid, l'index levé », selon la porte-parole. Ce geste est devenu un signe largement repris par les adeptes du groupe État islamique (EI).

Le parquet néerlandais a estimé pour sa part « avoir un tableau clair des déplacements d'Amri aux Pays-Bas » le 21 décembre, quand il est arrivé à Nimègue et a pris un train pour la gare Centrale d'Amsterdam. « Tard dans l'après-midi, il est monté à bord d'un train pour Bruxelles et s'est rendu en Belgique », a-t-il précisé dans un communiqué.

Des informations qui coïncident avec le communiqué publié mercredi par le parquet fédéral belge, qui affirme qu'Anis Amri « est arrivé dans la gare de Bruxelles-Nord le 21 décembre vers 19 h (18 h GMT), en provenance d'Amsterdam ».

Cette information a pu être obtenue par la police fédérale des chemins de fer de Bruxelles, qui « a visionné l'ensemble des images vidéo filmées de la gare ». Il serait resté à Bruxelles jusqu'à 21 h (20 h GMT), selon le parquet belge, qui ne donne pas davantage de détails.

Le parquet fédéral suisse a de son côté annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur les éventuels contacts d'Anis Amri en Suisse, « sur la base d'informations en provenance d'autorités étrangères en lien avec l'attentat de Berlin ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer