Le pape compare la presse à scandale à la coprophilie

Ces commentaires font suite à un large débat... (PHOTO AP)

Agrandir

Ces commentaires font suite à un large débat aux États-Unis et en Grand-Bretagne à propos des fausses informations ayant circulé sur internet.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cité du Vatican

Le pape François s'en est pris à la «désinformation» et a comparé la presse à scandales à la coprophilie, ses lecteurs étant assimilés à des mangeurs d'excréments, dans un entretien publié mercredi par l'hebdomadaire catholique belge (flamand) Tertio.

«La désinformation est probablement le plus grand mal qu'un média puisse infliger, parce qu'elle oriente l'opinion dans une seule direction, en omettant une partie de la vérité», a déclaré le pape dans cet entretien.

«Je crois que les médias doivent être plus clairs, plus transparents et ne pas tomber, excusez l'expression, dans la coprophilie toujours prête à répandre les scandales des choses abominables, quelle qu'en soit la part de vérité», a-t-il ajouté.

«Et comme les gens ont tendance à souffrir de coprophagie, cela peut être très dangereux», a-t-il poursuivi.

Ces commentaires font suite à un large débat aux États-Unis et en Grand-Bretagne à propos des fausses informations ayant circulé sur internet et qui ont pu jouer un rôle pour persuader les électeurs de voter en faveur du candidat républicain Donal Trump ou du Brexit.

«Les médias ont leurs propres tentations, ils peuvent être tentés par la calomnie, et donc être utilisés pour calomnier, salir les gens. Surtout dans le monde de la politique», a relevé François.

Les médias «peuvent être utilisés comme outils de diffamation ... Personne n'a le droit de faire cela. C'est un péché et c'est blessant», a-t-il mis en garde.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer