Le processus vers le Brexit enclenché avant fin mars 2017

Theresa May... (Photo Jeff Overs, Reuters/BBC)

Agrandir

Theresa May

Photo Jeff Overs, Reuters/BBC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Edouard GUIHAIRE
Agence France-Presse
BIRMINGHAM

La première ministre conservatrice Theresa May a annoncé dimanche qu'elle déclencherait avant la fin du mois de mars 2017 la procédure de divorce avec l'Union européenne, ouvrant la voie à une sortie du Royaume-Uni début 2019.

En activant en début d'année prochaine l'article 50 du Traité de Lisbonne, préalable aux discussions sur le Brexit, Mme May donnera le coup d'envoi à deux ans de discussions particulièrement complexes entre la deuxième économie européenne et les 27 membres restants de l'UE.

«Cette décision veut dire que nous avons le temps de développer notre stratégie pour les négociations et (mettre au point) nos objectifs», a-t-elle déclaré lors d'un discours devant le congrès des conservateurs à Birmingham (centre de l'Angleterre). Avant d'ajouter que si elle s'était donné du temps depuis son arrivée au gouvernement le 13 juillet, il ne fallait pas non plus laisser les «choses s'éterniser trop longtemps».

L'annonce devrait donner satisfaction à Bruxelles qui n'a pas caché son impatience de voir Londres traduire dans les actes le référendum du 23 juin, alors que l'UE est confrontée à la pire crise de son histoire, entre montée des populismes et de l'euroscepticisme, afflux des migrants et incertitudes économiques.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a d'ailleurs immédiatement salué sur Twitter une «déclaration qui apporte une clarté bienvenue sur le démarrage des discussions sur le Brexit».

En précisant ses intentions, Mme May apaisera aussi ceux qui, dans les rangs de son parti conservateur, l'appelaient à faire montre de volontarisme.

«Meilleur accord possible»

Dimanche, elle a réaffirmé qu'elle souhaitait négocier le «meilleur accord possible», donnant quelques indices sur la stratégie qu'elle pense mettre en place, sans trancher définitivement sur des questions comme le contrôle de l'immigration, que réclament les Britanniques, ou la place du Royaume-Uni dans le marché unique.

Elle a toutefois prévenu que le Royaume-Uni ne quittait pas l'UE pour «abandonner à nouveau le contrôle de l'immigration».

L'incertitude quant à la direction que prendra le Brexit inquiète les milieux économiques, alors que le ministère chargé de la sortie de l'UE n'a pas encore finalisé la constitution de son équipe.

Mais Theresa May a assuré que la transition se ferait «en douceur», tout en rejetant comme une «fausse dichotomie» le clivage entre «Brexit dur» et «Brexit allégé» qui divise son parti, mais aussi les membres de son gouvernement.

Dans les allées du centre de conférence ICC de Birmingham, où se déroule le congrès des tories, les annonces de la première ministre ont ravi des militants en quête de repères.

«Je crois que c'est une bonne chose que d'avoir un certain niveau de certitude quant au Brexit et à la date de déclenchement de l'article 50», a déclaré à l'AFP Dan Tor, 25 ans, employé dans le secteur public.

«On a voté pour quelque chose (le Brexit), et ça va se produire. C'est bien», a-t-il ajouté.

Fin mars pour déclencher l'article 50, «c'est le bon moment», a abondé Rachel Joyce, une autre militante, selon laquelle les prochains mois permettront au gouvernement «de se mettre en ordre de bataille» pour négocier avec l'UE.

Le Brexit, veut-elle croire, sera une réussite, imaginant, dans 10 ans, un Royaume-Uni prospère, dénué de contraintes et faisant «ce qu'il sait faire de mieux: le libre-échange».

May exclut des élections anticipées

Avant d'en arriver là, le pays devra négocier l'accord de sortie avec l'UE, une tâche titanesque aux innombrables répercussions.

Pour l'éditorialiste du quotidien Financial Times, Janan Ganesh, Theresa May vient de vivre ses «meilleures semaines» et celles qui l'attendent ne peuvent être que pires, d'autant que les autres membres de l'UE n'ont nullement l'intention de lui accorder de faveurs.

Pour l'instant, elle dispose encore de plusieurs atouts, dont une cote de popularité confortable. Elle profite également des déboires du Labour, le principal parti d'opposition, devenu quasi inaudible à force de querelles intestines.

Seuls maîtres à bord du bateau Royaume-Uni, les tories pourraient être tentés de pousser leur avantage en précipitant les élections législatives, théoriquement prévues en 2020. Mais Theresa May a exclu cette hypothèse dimanche, pour ne pas créer de l'«instabilité», dans un entretien au journal Sunday Times.

Elle y annonce par ailleurs qu'elle présentera une loi au printemps 2017 pour révoquer l'Acte d'adhésion à l'UE de 1972.

«Cela marquera la première étape pour faire du Royaume-Uni un pays souverain et indépendant à nouveau», déclare Mme May.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer