Les policiers français dans la rue contre la «haine anti-flics»

Un petit groupe a incendié avec un cocktail... (PHOTO CYRIELLE SICARD, AFP)

Agrandir

Un petit groupe a incendié avec un cocktail Molotov une voiture de police dont les deux occupants se sont extraits à la hâte dans des circonstances encore à élucider.

PHOTO CYRIELLE SICARD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martine NOUAILLE, Rémy BELLON
Agence France-Presse
PARIS

Plusieurs centaines de policiers ont manifesté mercredi en France pour dénoncer la «haine anti-flics», une démonstration de colère rare en marge de laquelle un contre-rassemblement a dégénéré à Paris avec une voiture de police incendiée.

Les syndicats policiers ont appelé à des rassemblements... (PHOTO) - image 1.0

Agrandir

Les syndicats policiers ont appelé à des rassemblements statiques en civil et hors service dans une soixantaine de villes de France. Ci-dessus, des membres des forces de l'ordre manifestent à Nantes, le 18 mai. 

PHOTO

Les policiers, qui ont bénéficié de la gratitude des Français pour leur présence rassurante après les attentats de 2015, se disent «usés» par les tâches imposées par l'état d'urgence et les violences qui ont émaillé la mobilisation contre la loi du travail.

Objets de la vindicte de petits groupes radicaux qui les affrontent depuis deux mois de manifestations contre une réforme du droit du travail, ils étaient appelés à exprimer leur ras-le-bol dans une soixantaine de villes.

Le rassemblement le plus important - près d'un millier de personnes - s'est tenu à Paris, sur la très symbolique place de la République, lieu de mémoire des attentats de 2015.

C'est là qu'une contre-manifestation interdite a dégénéré à la mi-journée. Quelque 300 participants criant «Flics, porcs, assassins» ou «Tout le monde déteste la police» ont été repoussés vers l'extérieur de la place à coup de gaz lacrymogènes.

Un petit groupe a ensuite incendié une voiture de police dont les deux occupants se sont extraits à la hâte. Les deux policiers «étaient dans la voiture lorsque l'engin a été jeté dans l'habitacle», a affirmé le préfet de police, Michel Cadot, ce que confirme une vidéo de surveillance visionnée par l'AFP.

Devant l'épave carbonisée, des inconnus ont déposé une pancarte: «Poulets rôtis, prix libre», a constaté l'AFP. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d'homicide volontaire. Quatre interpellations ont eu lieu et d'autres suivront, a annoncé dans la soirée le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le préfet Cadot a dénoncé une attaque «particulièrement choquante», «qui marque une escalade dans la violence gratuite et brutale» contre les forces de l'ordre.

Sur la place de la République, les policiers manifestants se sont rassemblés sous la protection d'un cordon de gendarmes et de barrières.

«C'est un ras-le-bol général, on en a assez d'être mis en cause systématiquement et de se faire taper dessus», a dénoncé un policier manifestant à l'AFP. «Il faut interpeller les meneurs, on les connait», «on laisse faire les casseurs».

Plus de 350 membres des forces de l'ordre ont été blessés lors des manifestations sociales de ces dernières semaines, selon les autorités.

Le plus important rassemblement policier a eu lieu... (PHOTO GONZALO FUENTES, REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Le plus important rassemblement policier a eu lieu sur la très symbolique place de la République à Paris. Ci-dessus, des policiers antiémeutes encadrent des manifestants dénonçant la réforme du droit du travail, place de la République, le 18 mai.

PHOTO GONZALO FUENTES, REUTERS

 

Le gouvernement critiqué

Du côté des manifestants, on accuse en retour les forces de l'ordre de brutalités. Une trentaine d'enquêtes de la «police des polices» portant sur de présumées violences policières ont été ouvertes.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a apporté mercredi son «soutien total» aux policiers. Mais des responsables de gauche et syndicaux ainsi que la Ligue des droits de l'Homme critiquent la gestion du maintien de l'ordre par le gouvernement.

Applaudie au lendemain des attentats de janvier 2015 à Paris (17 morts, dont trois policiers) par tout un pays traumatisé, la police jouit pourtant toujours d'une «image exceptionnelle» avec 82% des Français qui en ont une bonne opinion, selon un sondage publié mercredi.

Mais les Français restent aussi majoritairement opposés (58%) à la réforme du droit du travail, une contestation ponctuée cette semaine d'appels syndicaux à trois journées successives d'action et de manifestations. La deuxième d'entre elles mercredi a été marquée par une grève nationale des cheminots, qui a fortement perturbé le trafic ferroviaire. Les accès à plusieurs dépôts de carburant dans le pays ont été bloqués, mais il n'y a «aucun risque de pénurie», a assuré le gouvernement.

Le président socialiste François Hollande a déclaré mardi qu'il ne renoncerait pas à cette réforme, passée sans vote parlementaire faute de majorité. Les casseurs, «ça suffit et ça ne pourra pas rester sans réponse!», a aussi lancé le chef de l'État.

À moins d'un an de l'élection présidentielle et alors que la popularité de François Hollande est au plus bas, le maintien de l'ordre s'est invité parmi les thèmes de campagne, l'opposition de droite et l'extrême droite multipliant ces derniers jours les accusations de «laxisme» contre l'exécutif.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer