Attentat des Jeux de Munich: un athlète israélien aurait été mutilé

Le 5 septembre 1972, huit membres du groupe... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Le 5 septembre 1972, huit membres du groupe armé palestinien Septembre noir ont escaladé une barrière du village olympique, ont fait irruption dans le bâtiment où logeait l'équipe israélienne et ont pris des athlètes en otages.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ian Deitch
Associated Press
Jérusalem

La femme de l'un des 11 athlètes israéliens tués par des terroristes palestiniens aux Jeux olympiques de Munich en 1972 a dévoilé, mercredi, de nouveaux détails concernant la mort de son mari, soutenant qu'il avait été mutilé par ses ravisseurs.

Après des années de silence, Ilana Romano a révélé que des photos fournies par l'Allemagne en 1992 montraient que le corps de son époux, l'haltérophile Yossi Romano, avait été mutilé après qu'il eut été abattu alors qu'il tentait de résister aux assaillants.

Elle a affirmé que les attaquants avaient battu d'autres athlètes et les avaient forcés à regarder M. Romano mourir tout en refusant de laisser des médecins entrer dans la pièce.

Mme Romano a fait valoir que, contrairement à ce que certaines personnes avaient déclaré à l'époque, ces terroristes n'étaient pas des défenseurs de la liberté, mais bien des êtres cruels.

Les Jeux olympiques de Munich visaient à tourner la page d'un chapitre douloureux de l'histoire occidentale. Ils étaient les premiers à avoir lieu en Allemagne depuis les Olympiques de Berlin en 1936, qui avaient été entachés par le nazisme. Mais peu avant l'aube, le 5 septembre 1972, huit membres du groupe armé palestinien Septembre noir ont escaladé une barrière du village olympique qui n'était pas surveillée, ont fait irruption dans le bâtiment où logeait l'équipe israélienne et ont pris des athlètes en otages.

Cinq athlètes, six entraîneurs et un policier allemand ont perdu la vie dans le village et durant une tentative ratée pour secourir les otages. Les assaillants réclamaient la libération de Palestiniens détenus par Israël et de deux militants de l'extrême gauche allemande emprisonnés en Allemagne.

Ilana Romano a expliqué qu'elle-même et Ankie Spitzer, dont le mari, Andre, un entraîneur d'escrime, a également péri dans l'attaque, avaient harcelé le gouvernement allemand pendant des années afin d'obtenir plus de renseignements sur les événements, mais leur requête avait toujours été rejetée.

Les autorités allemandes ont toutefois fini par céder en 1992 après que Mme Romano leur eut présenté de l'information acquise auprès d'une source anonyme dont l'authenticité avait été confirmée par un ancien agent du service de renseignement israélien.

La dame n'a pas voulu élaborer, mais le New York Times, qui a été le premier média à sortir la nouvelle cette semaine, a rapporté que Yossi Romano avait été castré par ses kidnappeurs, apparemment après son décès.

Après s'être tues pendant 43 ans afin de protéger leurs proches, les deux femmes ont décidé de parler pour s'assurer que ce qui s'est passé à Munich en 1972 ne sombre jamais dans l'oubli.

Selon Ilana Romano, le nouveau président du Comité international olympique, Thomas Bach, a récemment décidé de faire graver les noms des victimes sur un monument commémoratif qui sera exposé dans le village olympique des Jeux de Rio de Janeiro en 2016 et des Jeux subséquents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer