Une explosion fait plusieurs blessés à Istanbul

Les autorités locales ont immédiatement interrompu le trafic... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les autorités locales ont immédiatement interrompu le trafic sur toutes les lignes de métro de la ville après l'explosion. Il a progressivement repris sur l'ensemble des lignes.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL

Plusieurs personnes ont été blessées mardi soir dans une explosion provoquée par une bombe artisanale posée à proximité d'une station du métro d'Istanbul, et qui a causé l'arrêt momentané du trafic.

La détonation s'est produite peu après 17h00 locales à la tombée de la nuit et en pleine heure de pointe, dans le district de Bayrampasa situé sur la rive européenne de la plus grande ville de Turquie.

Plusieurs médias, citant des sources proches des services de sécurité, ont affirmé qu'elle avait été causée par un engin explosif artisanal dissimulé dans un tuyau et placé au bord de la chaussée, sous une passerelle qui enjambait la ligne de métro.

«Cinq de nos concitoyens ont été blessés par une bombe artisanale déposée le long des barrières d'une passerelle», a pour sa part déclaré le maire du district de Bayrampasa, Atila Aydiner, sur la chaîne de télévision A Haber.

Selon l'agence de presse gouvernementale Anatolie, l'engin a explosé juste après le passage d'un bus de la police qui pourrait être la cible de l'attaque.

Plusieurs médias turcs avaient évoqué plus tôt la piste d'une explosion accidentelle, provoquée par un transformateur électrique.

Les autorités n'ont pas immédiatement confirmé la piste criminelle.

«Une explosion s'est produite près de Kadife. Un de nos concitoyens a été légèrement blessé. L'origine de cette explosion n'est pas claire. Nous examinons toutes les hypothèses», a déclaré le gouverneur d'Istanbul Vasip Sahin, cité par Anatolie.

M. Sahin a fait état d'une personne blessée, alors que la chaîne d'information NTV a évoqué le chiffre de six blessés.

Véhicules endommagés

«Un bruit ressemblant à une explosion a été rapporté à la station de métro de Bayrampasa et a provoqué l'arrêt du trafic. L'origine de ce bruit n'est pas connue», a pour sa part indiqué l'agglomération d'Istanbul dans une brève déclaration.

Deux heures après l'incident, des équipes de la police scientifique en tenue blanche étaient sur place pour collecter des éléments matériels nécessaires à l'enquête.

Un bus de la police antiémeute turque a été sérieusement endommagé par la déflagration, ainsi que plusieurs autres véhicules, selon des journalistes de l'AFP sur place.

L'agence de presse Dogan a diffusé des images de l'explosion montrant la passerelle entourée d'étincelles.

Les autorités locales ont immédiatement interrompu le trafic sur toutes les lignes de métro de la ville après l'explosion. Il a progressivement repris sur l'ensemble des lignes.

Cette explosion intervient alors que la Turquie connaît depuis plusieurs mois une vague de violences meurtrières.

Le 10 octobre dernier, un attentat suicide a fait 103 morts et plus de 500 blessés le 10 octobre devant la gare centrale d'Ankara. Le gouvernement islamo-conservateur turc a attribué cette attaque au groupe État islamique (EI).

Après plus de deux ans de cessez-le-feu, de violents combats ont également repris depuis l'été entre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces de sécurité turques. Les rebelles ont multiplié les attaques contre la police et l'armée, mais pour l'essentiel dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Un groupuscule d'extrême-gauche, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C) a mené quelques attaques contre la police, notamment à Istanbul, depuis le début de l'année.



Véhicules endommagés

«Un bruit ressemblant à une explosion a été rapporté à la station de métro de Bayrampasa et a provoqué l'arrêt du trafic. L'origine de ce bruit n'est pas connue», a pour sa part indiqué l'agglomération d'Istanbul dans une brève déclaration.

Deux heures après l'incident, des équipes de la police scientifique en tenue blanche étaient sur place pour collecter des éléments matériels nécessaires à l'enquête, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

Un bus de la police anti-émeute turque a été sérieusement endommagé par la déflagration, ainsi que plusieurs autres véhicules. NTV a affirmé que ce bus était la cible de la bombe artisanale.

L'agence de presse Dogan a diffusé des images de l'explosion montrant la passerelle enveloppée d'étincelles.

Les autorités locales ont immédiatement interrompu le trafic sur toutes les lignes de métro de la ville après l'explosion. Il a progressivement repris sur l'ensemble des lignes.

Cette explosion intervient alors que la Turquie connaît depuis plusieurs mois une vague de violences meurtrières.

Le 10 octobre dernier, un attentat-suicide a fait 103 morts et plus de 500 blessés le 10 octobre devant la gare Centrale d'Ankara. Le gouvernement islamo-conservateur turc a attribué cette attaque au groupe armé État islamique (EI).

Après plus de deux ans de cessez-le-feu, de violents combats ont également repris depuis l'été entre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces de sécurité turques. Les rebelles ont multiplié les attaques contre la police et l'armée, mais pour l'essentiel dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Un groupuscule d'extrême-gauche, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C) a également mené quelques attaques contre la police, notamment à Istanbul, depuis le début de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer