L'UE durcit son interdiction des produits dérivés du phoque

L'UE interdit depuis 2009 le commerce de tout... (PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES PC)

Agrandir

L'UE interdit depuis 2009 le commerce de tout ce qui est produit à partir de phoques, aussi bien les vêtements que la nourriture, dans un souci affiché de protéger le bien-être de ces animaux.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
STRASBOURG

Le Parlement européen a durci mardi l'interdiction de vendre des produits dérivés du phoque dans l'UE en mettant fin à une dérogation pour les produits issus de chasses visant à protéger les stocks de pêche.

L'UE interdit depuis 2009 le commerce de tout ce qui est produit à partir de phoques, aussi bien les vêtements que la nourriture, dans un souci affiché de protéger le bien-être de ces animaux.

Elle avait cependant jusqu'ici accordé deux dérogations acceptant que la communauté inuit et d'autres communautés autochtones puissent continuer à vendre ces produits et autorisant le commerce de produits issus de la chasse quand celle-ci visait à protéger les stocks de pêche.

C'est à cette seconde exception que met fin le vote mardi d'un texte qui a déjà été approuvé par les États membres de l'UE. Ces nouvelles règles plus strictes, qui doivent encore être formellement adoptées par le Conseil de l'UE, seront applicables à partir de la mi-octobre.

L'interdiction par l'UE du commerce des produits dérivés du phoque avait été contestée au sein de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) par la Norvège et le Canada, conduisant l'OMC à demander en 2014 à l'Europe de clarifier ses dérogations.

Le texte adopté mardi à Strasbourg par les eurodéputés (631 voix pour, 31 contre, 33 abstentions) a confirmé la dérogation accordée à la communauté inuit et aux autres communautés autochtones, en précisant ses conditions.

Ces communautés seront autorisées à vendre des produits dérivés du phoque dans l'UE dès lors que leurs méthodes de chasse tiennent notamment compte du bien-être de l'animal.

«Les députés ont fait ce qu'il fallait faire aujourd'hui en se prononçant pour le bien-être de l'animal et la morale publique de l'UE», s'est félicitée dans un communiqué l'ONG de protection des animaux Humane Society International.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer