Turquie: deux journalistes britanniques inculpés de «terrorisme»

Jake Hanrahan... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Jake Hanrahan

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DIYARBAKIR, Turquie

Un tribunal turc a décidé lundi de maintenir en détention deux journalistes britanniques travaillant pour Vice News arrêtés la semaine dernière, les inculpant d'«activités terroristes», a constaté un correspondant de l'AFP.

Les deux journalistes et leur traducteur irakien ont été accusés par un tribunal de Diyarbakir, dans le sud-est à majorité kurde, de «participer à des activités terroristes» pour le compte du groupe État islamique (EI).

Les trois hommes ont été emmenés jusqu'à une prison de Diyarbakir, dans l'attente de leur procès. Aucun détail sur leurs liens présumés avec l'EI n'a filtré.

Un quatrième suspect, le chauffeur du groupe, a été libéré.

Selon certaines informations, la police a arrêté les journalistes après avoir été informée de leur présence dans la région, secouée par des violences entre les forces de sécurité turques et les rebelles kurdes, et a confisqué les images qu'ils avaient prises. Les journalistes ont rejeté les accusations portées contre eux, en présence de leurs avocats.

Vice News, une chaîne d'information sur l'internet dont le siège est aux États-Unis, a identifié les deux journalistes comme étant Jake Hanrahan et Philip Pendlebury.

La chaîne a précisé dans un communiqué que, selon certaines sources, ils avaient été arrêtés pour avoir filmé sans autorisation gouvernementale, mais qu'ils avaient ensuite été «accusés de soutenir le soi-disant État islamique».

Un porte-parole de Vice News a ajouté que les journalistes faisaient face à «des accusations de terrorisme sans fondement».

Les journalistes s'étaient rendus dans le sud-est de la Turquie, région secouée par des violences depuis qu'Ankara a déclenché fin juillet une «guerre contre le terrorisme» visant le groupe EI, mais surtout la guérilla kurde turque du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Amnistie internationale a appelé à la libération «immédiate» des journalistes, qualifiant les accusations à leur encontre de «scandaleuses et étranges».

«C'est un nouvel exemple de la manière dont les autorités turques suppriment les informations qui les embarrassent», a estimé Andrew Gardner, chercheur spécialisé sur la Turquie à Amnistie internationale.

L'arrestation des journalistes survient dans un contexte de préoccupation croissante pour la liberté de la presse dans la Turquie du président Racep Tayyip Erdogan, où des journalistes sont notamment visés par des procédures judiciaires pour des accusations d'insulte envers le pouvoir.

«Les autorités devraient protéger les journalistes qui font leur travail, au lieu de les bâillonner», a affirmé Nina Orgianova, du Comité pour la protection des journalistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer