Pas de solution militaire à la tragédie en Méditerranée, dit Ban Ki-moon

Toutes les deux heures, un désespéré meurt noyé... (Photo Alessandro Di Meo, Associated Press)

Agrandir

Toutes les deux heures, un désespéré meurt noyé dans la Méditerranée en essayant de rejoindre l'Europe.

Photo Alessandro Di Meo, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, dans un entretien publié dimanche par le quotidien La Stampa.

«Il n'y a pas de solution militaire à la tragédie qui est en train de se produire en Méditerranée», déclare M. Ban dans cet entretien, où il dit préférer un encouragement à l'immigration légale comme solution globale.

L'Union européenne, réunie jeudi en sommet extraordinaire, s'est dite prête à mener des actions armées contre les passeurs installés sur les côtes libyennes, à condition d'avoir le feu vert des Nations unies. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a été chargée par les dirigeants européens de chercher ce mandat de l'ONU.

Il s'agit d'une «opération que doit être conduite dans le respect de la légalité internationale et en accord avec les Libyens. Les Libyens doivent aussi assumer leurs responsabilités», précise Mme Mogherini dans un entretien avec le journal La Repubblica.

«Pour agir, nous devons obtenir un mandat des Nations unies. Ce ne sera pas facile, comme il ne sera pas facile d'obtenir l'accord des autorités libyennes qui n'ont pas encore de gouvernement d'unité nationale», reconnait-elle néanmoins.

«Une approche globale, qui prend en compte les racines du problème, la sécurité et les droits humains des migrants et des réfugiés, comme avoir des canaux légaux et réguliers d'immigration, est cruciale», explique de son côté le secrétaire général de l'ONU à La Stampa. «Les Nations unies sont prêtes à collaborer avec nos partenaires européens à cette fin», ajoute-t-il.

«Les mesures annoncées récemment à Luxembourg et à Bruxelles sont un premier pas important vers une action collective européenne. C'est l'unique approche qui peut fonctionner pour un problème de cette nature, aussi large et transnational», explique M. Ban, attendu lundi en Italie.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, Ban Ki-moon et Federica Mogherini vont participer ensemble à une sortie en Méditerranée lundi pour montrer leur «solidarité» après les récents drames de l'immigration, a annoncé le service diplomatique de l'Union européenne samedi.

Mme Mogherini a confirmé à La Repubblica qu'elle se rendrait mardi à New York au siège de l'ONU et mercredi à Washington pour s'entretenir avec le secrétaire d'État américain John Kerry.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer