Hongrie: un parti d'extrême droite prend du galon

Le candidat de Jobbik dans la ville de Tapolca,... (Photo: AP)

Agrandir

Le candidat de Jobbik dans la ville de Tapolca, Lajos Rig, a voté dimanche aux côtés de sa femme.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Budapest

Le parti hongrois d'extrême droite Jobbik a marqué des points dimanche en remportant une élection législative partielle, qui lui vaut son premier siège au Parlement.

Les électeurs de la circonscription de la ville de Tapolca dans l'ouest de la Hongrie ont placé en tête le candidat de Jobbik, Lajos Rig, (35,3% des suffrages exprimés) devant le candidat du parti conservateur Fidesz au pouvoir (34,4%) et le candidat de la gauche (26,3%), après dépouillement de 99 % des bulletins.

Les résultats officiels pourraient n'être annoncés que jeudi après le décompte des voix de l'étranger, a annoncé la commission électorale.

«Il y a un désir de changement de gouvernement en Hongrie et maintenant il y a aussi les moyens de le faire», a déclaré dimanche soir le chef de Jobbik, Gabor Vona, lors d'une conférence de presse.

Cette victoire est le dernier en date des signes de la montée de l'extrême droite en Hongrie, dont le score le plus important était jusqu'ici les 20,5 % de suffrages lors des législatives de l'an dernier.

Mais ce parti n'avait jamais remporté un seul siège au Parlement.

Lors de l'annuelle «Marche pour la Vie», commémorant l'Holocauste et à laquelle plusieurs milliers de personnes ont participé dimanche à Budapest, le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder a qualifié Jobbik de «parti extrémiste qui promeut la haine».

«Jobbik peut penser que ses membres sont de vrais Hongrois qui tentent de sauver la Hongrie, mais Jobbik fait du tort à la Hongrie», a-t-il ajouté.

Le parti de droite Fidesz de Viktor Orban et ses jeunes alliés Chrétiens démocrates, gouvernent la Hongrie depuis 2010 avec une majorité des deux tiers du Parlement mais le Fidesz connaît une baisse importante de sa popularité depuis l'an dernier, à la suite de la révélation d'affaires de corruption et de l'adoption de dispositions impopulaires comme la taxe sur l'internet qui a dû être abandonnée à la suite de violentes manifestations.

En février, le gouvernement a perdu la majorité absolue au Parlement lorsqu'un candidat indépendant soutenu par les partis de gauche a remporté une élection partielle.

Selon Csaba Toth, analyste du Republikon Institute, Jobbik est désormais en position de se considérer comme le principal rival du Fidesz aux prochaines élections en 2018.

Gabor Vona, 36 ans, fondateur d'un groupe paramilitaire qui s'en prenait à la minorité rom, tente depuis quelques temps de polir son image pour apparaître comme une alternative crédible sur l'échiquier politique.

Remisant les slogans ouvertement racistes et antisémites, il a notamment pris ses distances dernièrement avec un militant du Jobbik qui appelait au meurtre des Roms, et a ordonné à un élu qui avait craché sur le mémorial de l'Holocauste de Budapest de déposer des fleurs sur le monument.

Gabor Vona a également accordé une longue interview fin mars au grand quotidien généraliste de centre-droit Magyar Nemzet, accompagnée de photos le montrant souriant et paisible.

Le Jobbik est déjà le deuxième parti du pays. Il est en tête chez les moins de 30 ans.

Un sondage Ipsos en mars lui accordait 18% d'intentions de vote, contre 21% au Fidesz. Un autre a montré qu'un cinquième des supporteurs du Jobbik l'ont rejoint après avoir voté Fidesz aux dernières élections nationales, en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer