Droits des homosexuels: la Russie mise en échec à l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon... (PHOTO DON EMMERT, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon

PHOTO DON EMMERT, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NATIONS UNIES

La Russie n'a pas réussi mardi à bloquer une décision de l'ONU accordant pour la première fois des avantages matrimoniaux à tous les employés homosexuels de l'organisation mariés légalement.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait décidé en juin dernier d'octroyer aux couples de même sexe les mêmes prestations (rentes, voyages par exemple) qu'aux couples hétérosexuels, à condition qu'ils aient contracté leur union dans un pays où elle est légale. Auparavant ils ne pouvaient en profiter que s'ils étaient citoyens d'un pays où le mariage gai est reconnu, ce qui n'est pas le cas de la Russie.

Celle-ci a tenté de bloquer cette initiative en réclamant un vote devant le cinquième comité de l'Assemblée générale de l'ONU, qui gère le budget de l'organisation. Moscou a plaidé que le régime précédent n'était pas discriminatoire alors que le nouveau régime bafoue la souveraineté des États «sous prétexte de respect des droits de l'homme».

Mais la motion russe a été nettement rejetée, par 80 voix contre 43 et 37 abstentions. La Chine, le Belarus et des pays musulmans comme la Malaisie ont soutenu Moscou. L'Indonésie s'est abstenue tout en maintenant de «fortes objections» à la décision de M. Ban.

Européens, États-Unis, Canada, Australie et Mexique ont rejeté la motion russe. Pour l'ambassadrice américaine Samantha Power, M. Ban avait tout à fait le droit de prendre cette décision administrative, qui ne modifie pas les législations nationales. La remettre en cause, a-t-elle plaidé, aurait «créé un précédent dangereux en affaiblissant l'autorité du secrétaire général».

Elle a accusé Moscou «d'essayer d'exporter à l'ONU son hostilité envers les droits des homosexuels et des lesbiennes».

Toute «propagande» homosexuelle devant mineurs est punie d'amendes et de peines de prison en Russie depuis l'adoption en 2013 d'une loi qui a soulevé de nombreuses critiques en Occident.

Les démonstrations de fierté gaie sont systématiquement interdites en Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, et où l'homophobie s'exprime souvent ouvertement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer