Refus d'inhumer un bébé rom: la justice française classe l'affaire

Le petit cercueil blanc de Maria Francesca a... (PHOTO CHRISTOPHE ENA, APRCHIVES AP)

Agrandir

Le petit cercueil blanc de Maria Francesca a été mis en terre à Wissous, ville voisine de celle où habitaient ses parents, Champlan.

PHOTO CHRISTOPHE ENA, APRCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ÉVRY, France

La justice française a décidé de classer sans suite l'enquête pour discrimination concernant un maire accusé d'avoir refusé d'enterrer un bébé rom dans le cimetière de sa commune fin décembre.

Selon un communiqué du parquet d'Évry (sud de Paris) publié mercredi, «les investigations, si elles confirment un comportement parfois inadapté de différentes personnes qui sont intervenues dans la gestion de cette situation, n'ont pas permis d'établir que cette attitude ait trouvé sa source dans une volonté malveillante ou discriminatoire».

La famille de la fillette, décédée à deux mois de la mort subite du nourrisson, avait demandé à la mairie de Champlan, où elle est installée dans un bidonville depuis plus d'un an, de pouvoir l'inhumer dans le cimetière de la ville. Mais selon l'Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines et roms (ASEFRR), elle avait essuyé un refus.

En janvier le Défenseur des droits, Jacques Toubon, personnalité indépendante chargée de veiller au respect des droits, avait estimé que le maire Christian Leclerc avait ordonné «un refus illégal» reposant «sur des motifs de discriminations».

Le bébé, prénommé Maria Francesca et décédé le lendemain de Noël, avait finalement été enterré au cimetière d'une commune voisine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer