Allégations de crimes sexuels: Buckingham défend le prince Andrew

Le prince Andrew... (Photo AP)

Agrandir

Le prince Andrew

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sylvia Hui
Associated Press
LONDRES

Le palais de Buckingham se démène afin de sortir le prince Andrew du tumulte dans lequel il se trouve depuis qu'il a été nommé dans une affaire d'inconduite sexuelle avec une mineure.

Dans le second communiqué depuis le début de l'affaire, les responsables royaux ont nié «avec emphase» les allégations d'une femme non identifiée qui soutient avoir été forcée dans des rapports sexuels avec le duc d'York alors qu'elle avait moins de 18 ans.

Le prince Andrew, 54 ans, est nommé dans les documents judiciaires déposés dans un tribunal de la Floride la semaine dernière. Le dossier fait partie d'une importante poursuite contre l'homme d'affaires américain Jeffrey Epstein. Selon la plaignante, il l'aurait forcée à avoir des relations sexuelles avec des gens célèbres, dont le prince Andrew.

La femme, identifiée sous le nom de «Jane Doe Number 3» dans les documents, soutient avoir été forcée d'avoir des rapports sexuels avec le prince à Londres, à New York et sur une île privée des Caraïbes entre 1999 et 2002.

Vendredi, les autorités royales ont nié «toute suggestion d'inconduite avec des mineurs». Elles ont répété cette position dimanche, après que deux tabloïds ont publié les détails d'entrevues avec la prétendue victime. Cette controverse défraie les manchettes britanniques depuis vendredi.

Ces déclarations de Buckingham sont inhabituelles. Les porte-parole royaux se retiennent habituellement de commenter les nouvelles.

En 2008, l'homme d'affaires milliardaire Jeffrey Epstein a été condamné à 18 mois de prison après avoir plaidé coupable à des crimes sexuels commis sur des enfants, mais plusieurs femmes veulent que les autorités revoient une entente de plaidoyer qui aurait permis à Epstein d'éviter des accusations fédérales plus graves.

Le prince Andrew n'est pas formellement accusé dans ce dossier. Le second fils de la reine Elizabeth II est dans l'embarras depuis des années à cause de son amitié avec Epstein. En juillet 2011, il a démissionné de son rôle d'ambassadeur britannique pour le commerce international après avoir été vu avec le milliardaire américain sorti de prison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer