Un saint pour les victimes d'agressions sexuelles?

Un saint patron pour les victimes d'agressions sexuelles? C'est ce que souhaite... (PHOTO TONY GENTILE, REUTERS)

Agrandir

PHOTO TONY GENTILE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un saint patron pour les victimes d'agressions sexuelles? C'est ce que souhaite le diocèse néerlandais de Ruremonde. La demande de béatification de Frans Schraven, assassiné en 1937 en Chine avec sept autres prêtres européens alors qu'il tentait d'empêcher des soldats japonais de capturer 200 jeunes Chinoises pour les bordels de l'armée nippone, vient d'être envoyée à Rome. Explications.

> Seksueel misbruik

Depuis la publication d'un rapport dévastateur, à la fin de 2011, l'Église catholique néerlandaise vit au rythme des seksueel misbruik, les «agressions sexuelles» en néerlandais. La commission ayant pondu le rapport de 2011, mise sur pied par la Conférence épiscopale des Pays-Bas, avait identifié «des dizaines de milliers de cas» de sévices sexuels sur des enfants de la part de prêtres. Depuis, les médias ont en outre dévoilé qu'au moins une dizaine de garçons avaient été castrés dans les années 50 à la demande de l'Église néerlandaise, parce qu'ils avaient accusé des prêtres de les avoir agressés.

Un saint patron pour les victimes d'agressions... (Photo Frederic J. Brown, AFP) - image 2.0

Agrandir

Photo Frederic J. Brown, AFP

> Chine

La canonisation de 121 «martyrs chinois» par Jean-Paul II avait grandement irrité la Chine, d'autant que la cérémonie avait eu lieu le 1er octobre, jour de la fête nationale chinoise. Mais seuls les martyrs morts entre 1648 et 1930 avaient été inclus dans la catégorie. Tous ceux qui sont morts durant la guerre sino-japonaise ou la guerre civile avaient été exclus. La béatification de Mgr Schraven pourrait donc prendre un certain temps, à cause des relations délicates du Vatican avec l'empire du Milieu, qui ne veut pas reconnaître les évêques nommés par Rome. En octobre dernier, la canonisation de 500 martyrs de la guerre civile espagnole a par ailleurs suscité une controverse politique.

Frans Schraven... (Photo tirée de Facebook) - image 3.0

Agrandir

Frans Schraven

Photo tirée de Facebook

> Saints patrons

Rien n'empêche l'archevêque de Ruremonde de proposer que Frans Schraven soit le patron des victimes d'agressions sexuelles. Mais pour recevoir l'aval du Vatican, il faudra attendre qu'il soit canonisé - qu'il devienne saint, selon Roch Pagé, canoniste à la Conférence des évêques catholiques du Canada à Ottawa. «C'est alors généralement une formalité, parce que Rome encourage les dévotions. Mais un bienheureux est une dévotion locale, alors par définition, ça ne peut pas être une cause universelle.» Parmi les saints patrons les plus connus, on trouve Jean-Baptiste pour le Québec, Catherine pour les filles non mariées, la Vierge Marie pour l'Église de Montréal, Cécile pour les musiciens, Valentin pour les amoureux, Anne pour les grands-mères et Matthieu pour les contrôleurs fiscaux.

> Saint-Vincent de Paul

Frans Schraven faisait partie de la congrégation des lazaristes. Il s'agit des grands cousins de la société Saint-Vincent de Paul, bien connue au Québec. «Ils ont été fondés par saint Vincent de Paul lui-même, contrairement à la société», explique Maurice Couture, ex-archevêque de Québec, lui-même un religieux de Saint-Vincent-de-Paul. «Mais ils n'ont jamais été nombreux parce qu'ils se spécialisaient dans la formation des prêtres et qu'ici, les sulpiciens s'en occupaient. Mais personnellement, la béatification d'un lazariste serait importante. Je me souviens encore un peu des canonisations de lazaristes dans les années 90.» Les lazaristes comptent actuellement quatre prêtres et cinq laïcs au Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer