Volte-face matinale de Donald Trump sur Twitter

Donald Trump... (Photo Carolyn Kaster, ARCHIVES Associated Press)

Agrandir

Donald Trump

Photo Carolyn Kaster, ARCHIVES Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les tweets matinaux dont il raffole permettent souvent à Donald Trump de donner le ton de la journée à Washington. Parfois, pourtant, le président américain va trop vite et s'emmêle les pinceaux.

Jeudi, le président américain a effectué une spectaculaire volte-face sur son réseau social préféré.

Au coeur du couac présidentiel ? Le vote par la Chambre des représentants du renouvellement de la «section 702» du Foreign Intelligence Surveillance Act (Fisa), la loi ayant autorisé le programme Prism, révélé par Edward Snowden en 2013, visant à intercepter les communications internet de personnes étrangères à l'étranger.

D'un tweet, le président américain a décrié cette loi, laissant entendre qu'elle aurait pu être utilisée par ses adversaires démocrates pour l'espionner durant la campagne.

Le hic est que le président s'est placé en contradiction frontale avec... la Maison-Blanche.

Mercredi soir, sa porte-parole avait, dans un communiqué explicite, appelé la Chambre, qui doit voter jeudi dans la matinée, à adopter la célèbre «section 702» soulignant son «utilité» pour «protéger des vies américaines».

Face à la perplexité suscitée dans son propre camp, le locataire de la Maison-Blanche a fait machine arrière, sans pour autant corriger ou supprimer son premier message.

«Ceci étant dit (...) le vote d'aujourd'hui concerne la surveillance extérieure d'étrangers dangereux sur le sol étranger. Nous en avons besoin !», a-t-il lancé.

Ces deux messages ont suscité une avalanche de réactions d'élus stigmatisant le manque de connaissances du président sur une loi aussi importante.

«C'est irresponsable, faux et cela met en danger notre sécurité nationale», a lancé le sénateur démocrate Mark Warner, après le premier tweet présidentiel.

«Fisa est un dossier que le président aurait dû connaître bien avant de se brancher sur Fox News ce matin», a-t-il déploré.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer