Trump: Cuba a la responsabilité d'arrêter les attaques contre des diplomates

Révélée en août, l'affaire des mystérieuses «attaques» présumées... (Photo Desmond Boylan, AP)

Agrandir

Révélée en août, l'affaire des mystérieuses «attaques» présumées contre la santé de diplomates américains à La Havane a provoqué une crise diplomatique avec Washington.

Photo Desmond Boylan, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a affirmé lundi que Cuba avait la responsabilité d'arrêter les attaques contre les diplomates américains, qui ont affecté la santé de 22 d'entre eux sur l'île.

«Je crois que Cuba est responsable. Je crois cela et il s'agit d'une attaque très inhabituelle, mais je crois que Cuba est responsable», a déclaré le président, interrogé pour savoir s'il pensait que Cuba pouvait arrêter les attaques contre les Américains sur son sol. Donald Trump répondait à des journalistes devant la Maison-Blanche.

R.C. Hammond, l'un des plus proches conseillers du secrétaire d'État américain Rex Tillerson, a confirmé à l'AFP sur Twitter que Cuba avait la «responsabilité d'empêcher (de telles attaques, ndlr), de protéger les diplomates» américains.

L'administration américaine n'a pas accusé formellement le gouvernement cubain d'avoir ordonné ces attaques, mais est de plus en plus frustrée face à son incapacité à identifier les responsables.

Révélée en août, l'affaire des mystérieuses «attaques» présumées contre la santé de diplomates américains à La Havane a provoqué une crise diplomatique avec Washington.

Selon des responsables américains, ces attaques ont affecté au moins 22 personnes au sein de l'ambassade américaine à La Havane et ont pu être menées à l'aide d'appareils acoustiques.

Les États-Unis ont depuis retiré plus de la moitié de leur personnel diplomatique à Cuba et expulsé 15 diplomates cubains du territoire américain.

Washington a également suspendu tous les services consulaires dans la capitale cubaine, laissant dans l'incertitude des milliers de Cubains qui souhaitent rejoindre temporairement ou définitivement leurs proches notamment en Floride, où résident plus de deux millions d'exilés cubains ou d'origine cubaine.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer