Les pompiers domptent les feux californiens, 41 morts

Le «Tubbs Fire», encore hors de contrôle vendredi,... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le «Tubbs Fire», encore hors de contrôle vendredi, était maîtrisé à 70% lundi matin.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie CHARPENTRAT, Elodie MAZEIN
Agence France-Presse
San Francisco et Washington

Quelque 11 000 pompiers montraient pour la première fois de l'optimisme en début de semaine, après avoir combattu pendant sept jours les terribles incendies qui ravagent le nord de la Californie et ont fait au moins 41 morts.

Profitant d'un affaiblissement du vent, les pompiers ont marqué des points en parvenant enfin à commencer de circonscrire les foyers les plus importants et les plus meurtriers.

Ainsi le «Tubbs Fire», encore hors de contrôle vendredi, était maîtrisé à 70% lundi matin. Il a réduit en cendres près de 15 000 hectares et tué au moins 18 personnes (dernier bilan samedi), se hissant en troisième position des incendies les plus meurtriers de l'histoire de la Californie.

L'«Atlas Fire» était pour sa part contenu à 68% lundi matin après avoir brûlé près de 21 000 hectares. Et le «Redwood Fire», qui a fait au moins 8 victimes, était contenu à 50%.

Le comté de Sonoma à lui seul déplorait 23 morts lundi matin, sur les 41 au total répertoriés dans quatre comtés du nord de l'État américain le plus peuplé.

Calfire, le service des pompiers de Californie, a annoncé dans un communiqué le décès dans un accident de la route d'un contractant privé qui conduisait un camion-citerne d'eau pour réapprovisionner les pompiers. 

«Situation tragique»

Selon ce communiqué, les incendies fulgurants avaient détruit lundi matin plus de 86 000 hectares et quatorze foyers importants étaient toujours actifs depuis la nuit du 8 au 9 octobre. Il y en a eu jusqu'à 22. Au moins 5700 bâtiments (résidences et commerces) sont partis en fumée.

Mark Ghilarducci, directeur de l'Agence des situations d'urgence du gouverneur de Californie (Cal OES), a tweeté lundi après-midi que la totalité des 18 plus gros avions de largage des États-Unis étaient désormais mobilisés sur ces feux.

Le président américain Donald Trump a déploré lundi matin les «terribles pertes humaines» dans les «incendies dévastateurs sans précédent», rappelant avoir émis une déclaration de catastrophe naturelle pour la Californie.

«C'est très triste de voir la rapidité à laquelle ils se sont déplacés et ont piégé les gens dans leur maison. C'est quelque chose d'incroyable», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche.

Lors d'un point presse un peu plus tard, il a estimé qu'il s'agissait d'une «situation tragique». «Nous travaillons très étroitement avec les responsables de la Californie et nous faisons un bon travail», a-t-il ajouté.

«Le temps d'aujourd'hui devrait être chaud et avec un faible taux d'humidité, ce qui va continuer à représenter un défi pour les pompiers, mais seulement des vents légers sont prévus», a indiqué Calfire.

Les «progrès» effectués sur plusieurs fronts, a-t-on appris de même source, ont permis de lever des ordres d'évacuation permettant ainsi aux habitants de retourner dans leurs quartiers --40.000 personnes restaient évacuées lundi matin, contre 75 000 auparavant-- pour souvent ne retrouver qu'un amas de débris.

Victimes âgées 

Ils ont aussi permis aux autorités de lancer véritablement les macabres opérations de recherche d'éventuelles victimes, avec l'aide de chiens renifleurs de cadavres.

Au dernier pointage officiel donné samedi, 223 personnes n'avaient toujours pas été localisées sur 1643 signalées disparues depuis le début des incendies par des proches auprès du bureau du shérif du comté de Sonoma.

Les équipes de recherche se concentrent avant tout sur ces signalements pour orienter leurs opérations, se rendant sur les lieux où ces personnes pouvaient se trouver au moment où les feux ont éclatés, pour la plupart en pleine nuit.

Selon les premières informations officielles, la plupart des victimes étaient des personnes âgées.

Le shérif du comté de Sonoma Robert Giordano avait précisé jeudi soir que les dix premières victimes identifiées par ses services avaient, à une exception près, plus de 67 ans.

Tandis que des personnes évacuées pouvaient rentrer chez elles «avec prudence car des conditions dangereuses persistent», d'autres étaient encore forcées de fuir devant l'avancée des flammes lundi.

Des renforts continuaient d'ailleurs de converger depuis tous les États-Unis - 17 États ont envoyé des ressources - et même de l'étranger, avec une contribution de l'Australie. Un convoi d'engins a notamment pris la route depuis l'Utah dimanche.

Ces incendies ont avancé très rapidement, attisés par des vents soufflant jusqu'à 80 km/h et un faible taux d'humidité dans l'air, dans les régions viticoles très touristiques de Napa et Sonoma.

Plusieurs exploitations, parfois centenaires, ont été totalement ou partiellement détruites. Le vignoble Signorello Estate et l'exploitation de vins biologiques Frey, notamment, ont été totalement dévorés par les flammes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer