Las Vegas: Stephen Paddock, un joueur de poker invétéré et anxieux

Stephen Paddock a tiré sur la foule réunie... (Photo Marcio Jose Sanchez, archives Associated Press)

Agrandir

Stephen Paddock a tiré sur la foule réunie sur le site d'un festival country, visible à droite sur la photo.

Photo Marcio Jose Sanchez, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le tueur de Las Vegas, Stephen Paddock, était un joueur de poker invétéré qui soignait son anxiété avec du valium, selon des documents datant de 2013 et publiés lundi par CNN.

En octobre 2011, Stephen Paddock glisse sur le sol mouillé de l'hôtel-casino Cosmopolitan de Las Vegas. Deux ans plus tard, il porte plainte contre le casino et fait une déposition de 97 pages à son avocat, obtenue par CNN et remise au FBI.

Le 1er octobre, il a ouvert le feu sur les spectateurs d'un concert de musique country, tuant 58 personnes et en blessant près de 500 dans la fusillade la plus meurtrière de l'histoire américaine récente.

Dans sa déposition, il apparaît comme un riche retraité pingre et arrogant, devenu un gros joueur qui fait la tournée des casinos du pays.

Il assure avoir été à une époque «le plus gros joueur de poker électronique du monde».

«Personne ne jouait autant et aussi longtemps que moi», explique-t-il à son avocat, ajoutant qu'en 2006 il jouait «en moyenne 14 heures par jour, 365 jours par an».

«Je jouais toute la nuit (...) je dormais le jour», raconte-t-il, soulignant ne pas boire d'alcool devant sa machine, car «avec les mises en jeu, vous voulez avoir tous vos esprits».

Le retraité, qui avait bâti sa fortune dans l'immobilier, misait «entre 100 et 1350 dollars» à chaque main, et jusqu'à un million de dollars par nuit. Ce qui, pour lui, n'était «pas beaucoup» d'argent.

À l'époque, Paddock partageait son temps entre la Californie, le Nevada, le Texas et la Floride, voyageant parfois «jusqu'à trois semaines par mois». Il vivait dans les casinos qui lui offraient la chambre «95 % du temps», en sa qualité de gros joueur.

Pour jouer, il portait un simple pantalon de survêtement noir et des tongs. Il amenait également ses propres boissons à la machine, pour éviter de donner trop de pourboire aux serveuses.

Ses séjours à Las Vegas se font plus espacés à partir de 2007. Alors que la capitale du jeu est touchée par la crise financière des subprimes, les casinos «offraient de moins en moins de choses, ça ne valait plus la peine de venir aussi souvent».

Dans sa déposition, il indique ne pas souffrir de maladie mentale ou de dépendance, et ne pas avoir de casier judiciaire. Il admet toutefois prendre du valium pour lutter contre l'anxiété, prescrit par son médecin qu'il paye «à l'année» pour pouvoir consulter quand il le souhaite.

À son avocat, il livre quelques éléments biographiques. Il a grandi en Californie, il est allé au lycée dans le quartier de Sun Valley à Los Angeles. Il a un temps travaillé pour le service des impôts avant d'investir dans l'immobilier.

La discussion ne porte pas sur les armes, Paddock précisant seulement qu'il a un permis de port d'armes à condition qu'elle soit dissimulée, émis au Texas.

Selon CNN, il a été débouté de sa plainte contre le Cosmopolitan.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer