Inondations au Texas: ordre d'évacuation au sud de Houston

Les précipitations ont déjà dépassé largement les 50... (REUTERS)

Agrandir

Les précipitations ont déjà dépassé largement les 50 centimètres depuis jeudi dans la région de Houston. Certains lieux en sont à plus de 70 centimètres. Et des zones pourraient encore recevoir 40 à 50 cm de précipitations cette semaine, selon le service météorologique national.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brendan SMIALOWSKI avec Jennie MATTHEW à Winnie
Agence France-Presse
HOUSTON

Les inondations à Houston, au Texas, ont provoqué des brèches dans une digue au sud de la ville, ont déclaré les autorités locales, enjoignant à tous les résidents de cette zone de «partir immédiatement».

«La digue de Columbia Lakes a été percée!», ont indiqué les autorités du comté de Brazoria sur leur compte Twitter. «Partez immédiatement! » Une grande partie de cette zone au sud de Houston est sous les eaux depuis quatre jours à cause de la tempête Harvey.

Selon la porte-parole du comté, cette zone fait l'objet «d'un ordre d'évacuation obligatoire depuis déjà plusieurs jours. Mais des gens n'ont pas tenu compte de cet avertissement donc les services d'urgence vont les récupérer» désormais.

«Une cinquantaine de maisons» sont concernées par cette injonction, a précisé Sharon Trower à l'AFP.

Le comté de Brazoria est coincé entre la ville de Houston, au nord, et la côte du Golfe du Mexique, au sud. Sa population totale est proche de 350 000 habitants.

Trump est arrivé au Texas

Le président des États-Unis Donald Trump et sa femme Melania sont arrivés mardi à Corpus Chriti, au Texas, où ils devaient rencontrer des organisations d'aide aux victimes de la tempête Harvey qui a dévasté cet immense État du sud.

L'avion présidentiel Air Force One s'est posé en milieu de journée sur l'aéroport de cette ville portuaire située à quelque 350 km au sud-ouest de Houston, qui lutte contre des inondations sans précédent.

Vêtu d'un blouson coup-vent, casquette blanche «USA» vissée sur le crâne, le président américain a brièvement salué à sa descente d'avion avant de s'engouffrer dans la limousine présidentielle qui l'attendait sur le tarmac.

La «First Lady» avait troqué les talons aiguilles qu'elle portait à son départ de Washington pour une paire de tennis blanche.

«Le président a très attentif à ne pas perturber les opérations de secours en cours», a souligné sa porte-parole Sarah Huckabee Sanders lors du vol.

Cette dernière a par ailleurs confirmé que M. Trump avait l'intention de revenir au Texas samedi, «dans une autre partie de l'Etat».

À Corpus Christi, le président américain devait notamment rencontrer le gouverneur du Texas Greg Abbott ainsi que William «Brock» Long qui dirige l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).

Le couple présidentiel devait ensuite rejoindre la ville d'Austin, plus au nord.

Sinistrés pro-Trump

«Nous sommes des admirateurs de Trump. J'ai confiance dans le fait qu'il va s'occuper de nous, il l'a dit alors je suis sûre qu'il va le faire», déclarait Darla Fitzgerald, une infirmière de 58 ans hébergée dans un centre d'accueil de la Croix-Rouge.

«L'état d'esprit des gens est incroyable», avait estimé lundi M. Trump, évoquant l'entraide entre voisins face à cet ouragan dévastateur, le plus puissant à frapper le territoire américain depuis Katrina en 2005.

«Nous nous battons ensemble», a-t-il martelé, soucieux de se poser en rassembleur, rôle qu'il n'a, en sept mois à la Maison-Blanche, jamais réussi à endosser ou incarner, tant il a généré de crises et alimenté les divisions.

Il a promis que le gouvernement fédéral soutiendrait une reconstruction «longue et difficile».

Houston est la quatrième ville du pays avec 2,3 millions d'habitants et son agglomération compte plus de 6 millions d'habitants. Et le pic des inondations ne devrait être atteint que mercredi ou jeudi.

Précipitations record

Le coeur de la tempête doit remonter vers le nord-est mercredi, frappant le sud-ouest de la Louisiane où M. Trump a déclaré lundi l'état d'urgence.

Après avoir touché la côte texane dans la nuit de vendredi à samedi, l'ouragan de catégorie 4 avait été rétrogradé en tempête tropicale.

De nombreuses familles restent bloquées ou s'entassent dans des abris. Routes et autoroutes sont inondées, comme de nombreuses maisons, avec des lignes électriques coupées.

Le mois d'août est d'ores et déjà le plus pluvieux jamais enregistré, avec plus de 93 centimètres de précipitations cumulées, selon le bureau à Houston du service météorologique national.

Du 1er juin jusqu'à lundi, Houston a enregistré plus de 127 cm de pluie soit davantage que la moyenne annuelle (126 cm).

En quatre jours, du 25 au 28 août, 109 cm de pluie est tombé sur le sud de Houston.

La mobilisation pour venir en aide aux victimes était maximale.

Mobilisation

La Fema se prépare à accueillir 30 000 personnes dans des centres d'accueil d'urgence dans la région. Elle a annoncé 8500 fonctionnaires fédéraux en renfort des autorités locales et des moyens techniques et humanitaires.

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, a mobilisé lundi la totalité des 12 000 soldats de la Garde nationale du Texas, corps de réservistes s'entraînant régulièrement dans l'armée, après 3000 dans un premier temps.

Selon le maire de Houston Sylvester Turner, plus de 8000 rescapés, trempés et hagards, ont déjà été emmenés dans des abris. Le maire a défendu sa décision de ne pas évacuer avant la tempête, rappelant qu'une centaine de personnes étaient mortes en 2015, la dernière fois que les autorités avaient tenté de vider l'agglomération.

«Nous anticipons que jusqu'à un demi-million de personnes au Texas soient éligibles ou demandent un secours financier», a déclaré le vice-président Mike Pence à la radio KHOU de Houston. «Nous savons que c'est loin d'être fini».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer