Trump a demandé à Jeff Sessions de renoncer à poursuivre Joe Arpaio

Durant la campagne présidentielle américaine de 2016, Joe... (PHOTO BRIAN SNYDER, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Durant la campagne présidentielle américaine de 2016, Joe Arpaio avait apporté publiquement son soutien à Donald Trump, qui lui avait rendu la politesse pour la campagne du poste de shérif de Maricopa.

PHOTO BRIAN SNYDER, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président Donald Trump avait demandé au procureur général des États-Unis Jeff Sessions de renoncer à poursuivre l'ancien shérif controversé Joe Arpaio, l'un de ses fervents soutiens finalement condamné en juillet puis gracié par le président vendredi, rapporte le Washington Post.

Donald Trump, s'inquiétant au printemps dernier de la tournure que prenait l'affaire de ce shérif trop zélé contre les immigrés hispaniques, a demandé à Jeff Sessions « s'il serait possible que le gouvernement classe le dossier pénal contre Arpaio, mais s'est vu répondre que ce serait inapproprié », selon trois personnes ayant eu connaissance de la conversation, indique le Washington Post.

Après cet entretien, M. Trump a décidé de laisser l'affaire être jugée et, au cas où le shérif serait condamné, de gracier ensuite celui-ci, selon le journal.

Ce qu'il a fait vendredi soir, a annoncé la Maison-Blanche dans un communiqué : « Le shérif Joe Arpaio a maintenant 85 ans, et après plus de 50 ans d'admirable service pour notre pays, il mérite un pardon présidentiel ».

Des membres du parti républicain de M. Trump ont dénoncé cette grâce présidentielle accordée à Joe Arpaio. Parmi eux, les deux sénateurs d'Arizona John McCain et Jeff Flake et le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan. « Le président de la Chambre désapprouve cette décision », a déclaré son porte-parole Doug Andres samedi.

Le shérif avait été reconnu coupable fin juillet et l'énoncé de la peine était prévu pour le mois d'octobre.

Joe Arpaio a incarné durant près d'un quart de siècle un maintien de l'ordre implacable dans le comté de Maricopa, en Arizona. Il a été condamné pour avoir violé l'injonction d'un juge fédéral lui interdisant ses patrouilles discriminatoires.

Ce partisan affirmé de Donald Trump, qui s'est autobaptisé « le shérif le plus dur d'Amérique », s'est forgé une réputation très controversée, avec des mesures ouvertement basées sur un ciblage discriminatoire et revendiqué des étrangers hispaniques.

Durant la campagne présidentielle américaine de 2016, Joe Arpaio avait apporté publiquement son soutien au milliardaire new-yorkais, qui lui avait rendu la politesse pour la campagne du poste de shérif de Maricopa.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer